Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Meurtre d’un Sénégalais à la plage de Lomé: Quatre présumés auteurs dans les mailles de la police

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La Direction centrale de la police judiciaire  a présenté lundi 17 février 2014 à la presse quarte présumés auteurs du tragique vol à main armée suivi de meurtre à la plage de Lomé à la hauteur de la station service Total communément appelé Mobil Aného. C’était la semaine dernière.

En effet un couple de nationalité sénégalaise en provenance de Cotonou a marqué un arrêt dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 février dernier,  aux environs de 3h 30 à la station service ci- dessus indiquée. L’homme s’est dirigé vers la plage en vue de faire les ablutions pour la prière en attendant  l’ouverture de la station.  Peu de temps après, des cris de l’homme ont alerté la femme qui, une fois sur la plage découvre son mari agonissant dans une marre de sang.

C’est suite à ce tragique meurtre que la police a ouvert une enquête qui vient de déboucher sur l’interpellation de quatre présumés auteurs, tous  des reclus de la justice, selon le chef de Division criminelle à la DCPJ , le commissaire Ouro-Salami Nouridini.

«  De leurs propres aveux, il ressort qu’à l’aube du mardi 11 février aux environs de 04 heures, ils ont attaqué un individu de sexe masculin habillé en basin, à qui ils ont porté plusieurs coups de poignards avant de le déposséder d’une somme d’argent de plus de 350.000 et d’un sac contenant un ordinateur portable », a indiqué  le Commissaire.

Pourtant devant la presse les présumés coupables, voulant certainement se tirer d’affaire, ont multiplié les contradictions. L’un d’eux, Anani Kofi alias Sike, soutient qu’ il n’était pas parmi ceux qui avait commis le forfait, mais  avait  aperçu cinq personnes, dont Zoglozo ( un autre présumé  auteur), entourant le Sénégalais.  Les meurtriers ont pris  la fuite avant son arrivée, affirme-t-il.

Zoglozo pour sa part, déclare qu’il  n’était même pas là le jour du forfait.  Il a appris, soutient-il , que  c’est Siké et d’autres personnes en fuite qui ont commis le crime.

Selon le commissaire Ouro-Salami Nouridini la contradiction cache mal une tentative de se tirer d’affaire. Il a confié  qu’alors que tous ont participé à l’acte, personne ne voulait assumer le coup fatal porté au sénégalais.