Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Mise en œuvre des ODD : décideurs et acteurs réfléchissent sur le renforcement de la nutrition au Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Comment renforcer la nutrition au Togo ?  La question est au centre d’un atelier ce  vendredi 19 mai 2016 à Lomé. La rencontre réunit  les partenaires techniques financiers ainsi que des décideurs et acteurs nationaux. D’une part elle  permettra  aux participants  de s’enrichir sur les gains à espérer  de l’investissement  dans la nutrition, l’idée étant de mobiliser toutes les énergies positives ainsi que les ressources nécessaires, mais aussi de développer  des partenariats stratégiques et opérationnels pour le renforcement de la nutrition au Togo.  D’autre part, cette rencontre est une opportunité pour informer les différents acteurs  et décideurs  des défis qui attendent le Togo et définir des pistes pour un renforcement rapide de la nutrition notamment une analyse exhaustive  de la situation multisectorielle de la nutrition afin de faire prendre conscience des causes  et conséquences de la malnutrition ainsi que de solutions potentielles.

« L’état nutritionnel des populations et particulièrement des enfants est à la fois un indicateur de développement et un facteur important  de progrès », a déclaré Dr. Isselmou Boukary, Représentant –Résident de l’UNICEF  au Togo, à l’ouverture de l’atelier.

Au Togo la situation  nutritionnelle  est préoccupante. En effet, depuis 2006, la situation n’a pas changé en ce qui concerne la malnutrition chronique : la prévalence est  passée de 24% (MICS en 2006) à 29,5% (MICS  2010) et 27%(EDST 2013). Selon  cette  dernière enquête, 16% de femmes ont un indice de masse corporelle inférieure à 18, près de 7% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë ; ce taux était de 14% (MICS en 2006) et 4,8% (MICS 2010).

Et pourtant des efforts sont faits pour réduire la malnutrition.  En effet la SCAPE (Stratégie de Croissance Accélérée  et de Promotion de l’Emploi  (SCAPE 2013-2017) a pris en compte le défi de la malnutrition. Par ailleurs, le Togo a adhéré au Mouvement  «  Scaling Up Nutrition –SUN) en vue d’accélérer les progrès enregistrés en matière de lutte contre la malnutrition et corriger durablement la situation nutritionnelle. En outre,  le Plan National de Développement (PND) en cours d’élaboration, prend en considération la problématique de la lutte contre la malnutrition.

Cependant, des défis subsistent notamment l’insuffisance  de la coordination multisectorielle et des ressources humaines tant au niveau central  qu’à l’échelle régionale et locale.

Aussi, Dr. Isselmou Boukary en a appelle –t-il à  l’approche multisectorielle et des  plateformes multipartites de coordination.

« L’approche multisectorielle est tout à fait en droite ligne avec notre Politique Nationale de Développement », a renchéri le Professeur Moustafa Mijiyawa, Ministre  de la Santé et de la Protection sociale.

Pour  Kossi Assimaïdou, ministre de la Planification du Développement, « La convergence des politiques et des initiatives opérationnelles dans une synergie d’actions, devrait se traduire par une meilleure valorisation des acquis tangibles des politiques sectorielles mises en œuvre par le gouvernement, dans la quête d’un état nutritionnel plus satisfaisant ».

(Photo : les participants)