Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Mise en œuvre du PDC plus: des acteurs sur le terrain pour constater l’impact

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le gouvernement togolais met en œuvre depuis 2012 et avec l’appui de la Banque Mondiale (BM) , le Projet de Développement Communautaire et des Filets sociaux (PDC plus), une continuité du PDC démarré en 2008 et achevé en septembre 2013.

 
Ce projet a pour objectif d’apporter aux communautés vulnérables, des infrastructures socio-économiques de base améliorées, des activités génératrices de revenus (AGR), des travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO), et l’accès à l’alimentation à travers le financement, d’ infrastructures socioéconomiques de base.

 
Afin de toucher du doigt l’impact de ce projet sur les bénéficiaires, une délégation composée d’ acteurs issus des différents ministères impliqués dans la mise en œuvre et des représentants de la Banque Mondiale ont effectué hier mardi dans la région de Plateaux.

 
Ce sont les groupements et comités de développement communautaire des cantons de Tomé, de Kpimé et de Agou-Yiboé qui ont reçu la visite de la délégation. Après la réception de deux bâtiments scolaire à Tomé et à Agou-Yiboé, les membres du groupement « Négnon » spécialisé dans l’élevage de dindon et « Lolongnon » dans la transformation de farine, ont présenté leurs différentes structures tout en relevant l’ impact de l’exécution du PDC plus sur leurs activité et leur quotidien. « Nous sommes un groupe de 20 personnes. Avant, notre production journalière était à peine 50kg. Mais avec les formations et financements de la Banque Mondiale, nous avons actuellement une production hebdomadaire d’ environ 6000kg de farine de manioc. Aujourd’hui, nous vivons mieux, nous et nos familles”, a déclaré EKLOU Améhouyo, président du groupement Lolongnon.

 
A l’issue de la visite, M. John Van Dyck, chargé de projet à la Banque Mondiale a exprimé sa satisfaction par rapport à la réalisation des projets visités dans les préfectures de Kloto et d’Agou , des projets qui ont nécessité un financement de 60 336 214 FCFA de la BM. Ils portent sur l’amélioration de l’élevage des dindons, l’extension du réseau d’adduction en eau potable, la production suivie de la transformation du manioc, l’élevage de petits ruminants, l’aménagement de pistes champêtres, la construction de bâtiments scolaires, ainsi que la production maraîchère dans le bassin du Zio. « Que ce soit les travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO), la construction des infrastructures socioéconomique ou encore les microprojets identifiés et mis en œuvre par les communautés, nous sommes très satisfait des réalisations et surtout de la prise de conscience des communautés à la base. A notre retour à New york, nous allons faire un rapport fidèle et plaider encore plus en faveur du Togo pour la continuité de ce développement à la base », a souligné John Van Dyck.

 
Le coordinateur régional de l’Agence d’Appui aux Initiatives de Base (AGAIB), M. Yawo Mawuna NAYO, s’est également félicité de l’impact du PDC plus dans la zone, qui selon lui est à 80% de sa réalisation.