Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Mouvements d’humeur en perspective à l’Université de Lomé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp


La reprise des cours annoncée pour début avril à  l’Université de Lomé après les examens pourrait être mouvementée . Et pour cause: le Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais (MEET) dénonce déjà  ce qu’il appelle le non respect des critères consensuels pour l’attribution des bourses et allocations de secours et invite les étudiants à se tenir prêts pour toute éventualité à la rentrée. Le mouvement l’a fait savoir à travers un communiqué rendu public hier mercredi 19 mars , dont nous avons eu copie.

 
Le Mouvement dirigé par Kondo Akomabou se dit  ahuri de la manière dont le ministre des Enseignements Supérieur et de la Recherche, président de la Commission de bourses traite le problème des critères des allocations de secours et bourses. ” C’est avec consternation et désolation totale que les étudiants  ont appris l’affichage la semaine passée de certains noms par la Direction des Bourses et Stages (DBS) au mépris des critères arrêtés par consensus “, estime le MEET.

 

Le mouvement rejette le fait que les nouveaux bacheliers titulaires de la mention Assez bien et ayant 22 ans soient  exclus des bourses .

 

 

Le mouvement s’insurge par ailleurs contre la réduction de l’âge de 27 à 25 ans pour les anciens étudiants  et dénonce l’augmentation du nombre de crédits à valider (pour être éligible à la bourse ) qui passe désormais de 50 à 53  au niveau  des semestres 3 et 4 et de 60 à 80 pour la quatrième inscription.

 

 

Pour rappel, l’Université de Lomé a connu de graves  troubles les 13 et 14 février derniers   suite à la dispersion d’une assemblée générale  des étudiants membres du MEET  dans le cadre de ces mêmes revendications.

 

Les premiers responsables du MEET ont été déposés à la prison civile de Lomé avant de recouvrer la liberté quelques jours plus tard.