Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Objectif 200.000 tonnes de coton graine à l’horizon 2022 : la NSCT veut remobiliser les producteurs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Directeur Général de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT)  M. Nana Adam Nanfamé était face à la presse ce vendredi 31 mars 2017 à Lomé. Objectif, annoncer le démarrage prochain d’une campagne de remobilisation des producteurs de coton  pour l’accélération de l’évolution de la production cotonnière. Placée sous le thème «Tous mobilisés pour une augmentation et une optimisation accélérée  de la production cotonnière à partir de 2017/2018 », cette campagne s’inscrit dans la vision stratégique fixée pour la filière cotonnière  depuis 2013 par les partenaires techniques et financiers,  l’Etat et les acteurs de la filière,  et qui voudrait qu’à l’horizon 2022, le Togo atteigne une production de 200.000 tonnes de coton graine.

La campagne va démarrer le 04 avril prochain pour s’achever dans la première décade du mois de mai. Elle vise à convaincre au moins 200.000 agriculteurs (anciens producteurs de coton comme nouveaux) à emblaver un minimum de 160.000 ha de coton et à l’optimiser dès la campagne 2017-2018.

A cet effet, la NSCT va organiser des équipes composées des acteurs de la filière pour aller dans 30 sites par région cotonnière. Ces acteurs auront pour mission d’échanger avec les paysans  des zones et des Groupements de Producteurs de Coton (GPC) à potentialités en culture de coton en insistant sur son intérêt pour leur exploitation agricole ( en termes  de diversification, de rotation  de cultures  et d’assolement ), et pour leur groupement et leur village ; rassurer les paysans sur les dispositions prises par la Direction Générale  de la NSCT pour faciliter la tâche aux producteurs de coton et les amener à optimiser la culture ; annoncer aux publics le programme  récompense portant sur la campagne cotonnière 2017-2018 ; échanger avec les participants pour identifier les conditions d’une évolution soutenue de la production de campagne en campagne dans les GPC  de leur localité.

Concrètement, les équipes constituées sont appelées à :

-faire une communication décentralisée  auprès des paysans  des zones et des GPC à potentialités en culture de coton. Au moins 30 localités seront visitées par région cotonnière par 3 équipes en 6 jours maximum avec insistance sur l’intérêt :

*pour leur exploitation agricole d’aller au coton ou d’accentuer la culture (complémentarité entre coton et cultures vivrières) et susciter en eux le désir

*pour leur groupement et village quand les habitants font suffisamment du coton (réalisations sociocommunautaires, financement extérieur, pistes cotonnières, etc.) ;

– échanger  avec les participants aux séances pour identifier les conditions d’une évolution soutenue de la production de campagne en campagne dans les GPC de leurs localités ;

-recenser les intentions de culture cotonnière pour  la campagne 2017-2018.

Pour l’efficacité de la campagne et pour susciter une adhésion importante des paysans, plusieurs institutions  et personnalités  sont partenaires.

La campagne sera conduite par la Direction Générale de la NSCT et impliquera  au plan national, les autorités et partenaires  notamment le ministère en charge de l’Agriculture, le ministère de l’Economie et des Finances, le Conseil d’Administration de la NSCT, la Chambre d’Agriculture…

Au plan  régional et local,  les préfets, les députés, les chefs cantons et chefs de village… seront impliqués.

« Le coton contribue pour 20 à 40% des recettes d’exportation et entre 1% et 4,3% au PIB en fonction du niveau de production. Il est la principale locomotive des cultures vivrières… sa fibre est le 4è produit d’exportation après le clinker, le ciment et les phosphates », souligne  le DG de la NSCT.

(Photo :  M.Nana Adam Nanfamé. DG de la NSCT)