Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Okama compte sur ses bassins piscicoles

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Okama , ce village d’environ 2000 âmes , situé au faîte d’une montagne dans la préfecture de l’Amou, à une vingtaine de kilomètres au nord-est d’Atakpamé, est bénéficiaire du Projet Opportunités d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV).

Dans le cadre de ce projet financé par la Banque mondiale, il est mis en œuvre dans le milieu un microprojet de pisciculture composé d’une retenue d’eau et de quatre bassins piscicoles pour un montant total de 12. 980.000 FCFA. « L’ensemble de l’ouvrage est constitué d’un système de captage. Nous avons canalisé l’eau à partir du captage pour l’amener à un ouvrage de prise d’eau. C’est un regard qui sert en même temps de décantation de l’eau prise depuis le captage. A partir du regard, nous avons canalisé l’eau pour l’amener dans les bassins. Les bassins sont au nombre de 4 à raison de 10m sur 15. L’eau quitte un basin à un autre. Chaque bassin est équipé d’un dispositif de vidange qui sert à le nettoyer…Nous avons mis au total 450 alevins dans les bassins…Les alevins sont des tilapias noirs ou rouges », explique Awity Kodjo, ingénieur génie civil, responsable du projet THIMO à Okama.
Ces basins portent l’espoir de toute la communauté d’Okama. Dans quelques semaines auront lieu les premières pêches. Le village pourra alors s’auto suffire en poisson.
Les villageois comptent également sur les revenus de ce projet pour financer la construction d’un collège dans le milieu.
Pour leurs études secondaires, les jeunes quittent le village pour Atakpamé. Livrés à eux-mêmes, ils s’adonnent à toutes sortes de vices avec toutes les conséquences. « Les filles nous reviennent enceintes ! Pour les garçons, très peu reviennent après avoir quitté le village pour le collège», se plaint le chef du village. « Nous comptons beaucoup sur ces bassins piscicoles», ajoute-t-il.
Le microprojet avance bien, et le bout du tunnel n’est plus très loin pour la communauté d’Okama.
Pour rappel, le projet EJV est mis en œuvre par Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base ( ANADEB).
( Photo : visite sur le site du microprojet par une équipe de la Banque mondiale en octobre 2019)