Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Opération de nettoyage des grandes artères de Lomé/ Ametsito Komlan Gninin, superviseur : « Les gens sont toujours motivés et passionnés pour cette opération »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La cinquantaine, Ametsito Komlan Gninin  est non seulement Président  du CDQ Akodessewa-Kpota, mais également  l’un des superviseurs de l’opération de nettoyage instituée par l’ANADEB dans le Grand-Lomé.  Dans l’interview  dont la teneur suit, il revient notamment  sur le rôle d’un superviseur, insistant au passage  sur l’engouement des populations pour l’opération.

Manationtogo.com : Bonjour M. Ametsito ! Vous êtes l’un des superviseurs de l’opération de nettoyage sur  le tronçon rond-point du Port-Carrefour Ramatou.  Dites-nous,  comment vous  organisez-vous pour  rassembler les balayeurs  des 10 quartiers de votre zone ?  

Ametsito Komlan : Merci pour la question et pour l’opportunité que vous me donnez de m’exprimer.  Après chaque opération,  les superviseurs se réunissent à l’ANADEB pour faire le point. Plus tard, les responsables de l’ANADEB  nous confirment  au téléphone la tenue  de l’opération suivante et le nombre de personnes à mobiliser.  Aussitôt nous passons le message aux différents présidents de CDQ  de la zone, qui se chargent de mobiliser les balayeurs dans leur quartier respectif.

Manationtogo.com : Comment organisez-vous les balayeurs une fois sur le terrain ?

A .K : Nous  formons plusieurs groupes. A chaque groupe nous affectons une partie de l’espace à nettoyer. Un groupe peut être constitué de balayeurs  issus d’un ou plusieurs quartiers. Les groupes sont placés sous la surveillance des présidents de CDQ. Les superviseurs font la navette entre les différents  groupes pour coordonner tout le travail.

Manationtogo.com : Vous travaillez sur un site assez vaste ; comment arrivez-vous à déterminer la partie à nettoyer à chaque opération ?

A.K : Ici, nous faisons essentiellement du désherbage. Donc  sur le tronçon, c’est la partie la plus envahie par les herbes  que nous ciblons et que nous proposons à l’ANADEB.

Les herbes arrachées à la houe, sont balayées, mises en tas puis enlevées au moyen de tricycles.

Manationtogo.com : Est-ce que parfois vous peinez à mobiliser  parce que les gens ne sont plus motivés, parce que les gens sont fatigués etc. ?

A.K : En tout cas, je peux vous assurer qu’on n’a jamais eu ce problème ! Le  nombre de personnes voulu par l’ANADEB est généralement atteint sauf s’il y a une intempérie. Les gens  sont toujours motivés et passionnés pour cette opération.

Manationtogo.com : Chaque opération dans votre zone, engage environ 500 personnes ; mais  vous n’êtes  que deux superviseurs ! Comment arrivez-vous à gérer tout ce monde ?  Y a-t-il par exemple des sanctions pour les retardataires ?

A.K : C’est toujours difficile de gérer les hommes. Mais rassurez-vous, ici tout se passe bien. Chacun est conscient et sait qu’il  travaille non pour lui-même mais pour la propreté de sa ville. Alors on  a moins de problèmes à gérer.  Nous faisons tout pour dissuader toutes velléités susceptibles de retarder le travail. Dans cette dynamique, les présidents de CDQ jouent un grand rôle : ils surveillent   et interviennent quand il y a un problème. Les superviseurs  leur viennent en appui.