Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

PAEIJ-SP : financer l’agriculture et autrement !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

« Financer l’agriculture et autrement »,  c’est le thème d’un atelier de partage sur  le financement des chaînes de valeur agricoles, organisé par le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes  dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP)  du 19 au 21 avril 2017 à Lomé. Ont pris part à cette rencontre,  des chargés de clientèle PME, des analystes de risques des institutions de financement au Togo ainsi que des responsables des  projets et fonds étatiques  (PNPER, PRADEB, FAIEJ, FNFI). Il s’agit pour le PAEIJ-SP de vanter les mérites  des chaînes de valeur agricoles,  d’inviter les  institutions financières à s’approprier le mécanisme et à financer l’agriculture autrement.

« En ne finançant pas l’agriculture, on pénalise la croissance du pays », a déclaré  à la fin de la rencontre,   M.  Vincent Akue, Expert en financement de chaînes de valeur agricoles,  Consultant pour le PAEIJ-SP.

Plusieurs  modules étaient au menu de l’atelier. Entre autres : l’approche de financement des chaînes de valeur ; l’analyse des opportunités d’investissement pour les jeunes  à travers le modèle économique de la chaîne de valeur ; le mode de financement des chaînes de valeur agricoles ; l’identification des différents maillons d’une chaîne de valeur agricole ; les modèles d’entreprises et leur structuration : entreprise structurante, entreprise de production , boutique d’intrants, entreprise d’élevage agrégateur et distributeur, mécanisation-transport et logistique…

La session ponctuée d’études de cas pratiques  a permis aux participants de dresser le modèle économique des différents types d’entreprises dans une chaîne de valeur.

Pour rappel, cette rencontre  intervient  après  celle organisée  le 18 avril  à la Présidence de la République,  à l’intention  des dirigeants des banques et des autorités monétaires.

(Photo : les participants à l’atelier)