Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

PERI: 999 salles de classes et 03 ENI construites; 2 900 000 manuels scolaires distribués; 4 milliards de subvention accordés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Soucieux de l’avenir de ses enfants, le Togo ambitionne de bâtir une nouvelle éducation dont les grandes lignes sont contenues dans le Plan Sectoriel de l’Education (PSE). L’une des composantes de ce plan qui couvre la période 2010-2020 est le Projet Education et Renforcement Institutionnel (PERI) évalué à 22,5 milliards de FCFA. Son objectif est d’accroître la couverture scolaire, réduire les abandons dans le cycle primaire, améliorer la qualité de l’enseignement et renforcer les compétences non seulement du ministère en charge de l’éducation, mais aussi des communautés en matière de gestion. Satisfaits des résultats , les partenaires ont reconduit ce programme avant même la fin de sa mise en œuvre prévue pour le mois d’octobre prochain.

 

L’élaboration du PSE répond à la volonté du Gouvernement d’améliorer le système éducatif togolais. Le PSE a pour objectifs principaux : atteindre d’ici 2020, l’achèvement universel de six années de scolarisation, l’extension de la couverture du préscolaire, l’augmentation du taux de scolarisation au collège, et entre autres l’assurance d’un enseignement de qualité à tous les niveaux en ligne avec la demande du marché de l’emploi.

 

Dans le cadre du PSE, l’ensemble des partenaires qui soutiennent l’éducation au Togo ont introduit une demande de financement au Partenariat Mondiale pour l’ Education (PME), ayant conduit au financement du PERI dont la supervision a été confiée à la Banque mondiale. Le projet a officiellement démarré en février 2011 pour une durée de trois ans et prendra fin en octobre 2014 pour cause d’un délai supplémentaire de six mois, accordé pour la réalisation d’environ 200 salles de classes supplémentaires suite aux économies dégagées dans sa mise en œuvre.

 

Les composantes du PERI

 

Le PERI a trois composantes: la promotion de l’accès à l’éducation, l’amélioration de la qualité des enseignements et le renforcement des compétences des différents acteurs en charge de l’éducation.

 

La première composante prévoit la construction et l’équipement d’un total de 815 salles de classes dont 1/3 en milieu urbain et 2/3 en milieu rural avec infrastructures connexes comme les latrines. A travers la deuxième composante, il est prévu d’acquérir un peu plus de 1, 5 million de manuels scolaires et guides des enseignants. Egalement inscrit dans cette composante, l’octroi de subventions de fonctionnement à plus de 3.000 écoles éligibles à travers les Comités de Gestion des Ecoles Primaires (COGEP) de même que la construction de trois (03) Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI). La formation des COGEP et des communautés, l’appui institutionnel au Ministère des Enseignements Primaire et Secondaire et l’appui en termes de renforcement des compétences des autres Ministères chargés de l’éducation et de la formation professionnelle constituent la troisième composante.

 

Les réalisations

 

La mise en œuvre du PERI a permis la construction d’environ 999 salles de classes au lieu des 815 prévues; l’objectif à ce niveau est donc dépassé de plus de 22 %. Concernant les manuels à distribuer dans les écoles primaires publiques, l’objectif, là également, est dépassé de plus de 80 % selon Philippe KUDAYAH, le coordonnateur du PERI. « On avait prévu acquérir 1 600 000 manuels scolaires et guides des enseignants. Mais avec nos maisons d’édition, on a pu avoir jusqu’à 2 900 000 manuels soit 1 300 000 manuels de plus grâce aux négociations », a-t-il précisé.

 

Pour l’octroi de subventions de fonctionnement aux écoles suivant des critères relatifs à la performance et à l’environnement, sur les trois ans, un peu plus de 04 milliards de FCFA ont été décaissés. Cela exclut tout ce qu’il y a comme investissement pour la construction des écoles ; les subventions concernent  uniquement le fonctionnement pédagogique des écoles. Par rapport à l’amélioration de la qualité de l’enseignement, trois ENI (Ecole Normale d’Instituteur) ont été construites à Niamtougou, Sotouboua et Tabligbo. Ces écoles sont en cours d’équipement pour le démarrage des activités de formation à la rentrée prochaine.

 

Les perspectives…

 

Le PERI prendra fin en octobre prochain. Mais compte tenu des succès enregistrés dans sa mise en œuvre, un PERI 2 est également financé par les partenaires pour un montant avoisinant la moitié de celui du PERI 1. Ce PERI 2 va mettre l’accent sur la qualité de l’enseignement. « Il y aura la révision de programmes de formation au niveau CP1 et CP2. Après, on ira vers les CE ; on formera en même temps les enseignants pour pouvoir enseigner ces programmes de formation. Ce sont des programmes qui tiennent compte des réalités actuelles du pays. Un accent sera mis sur les compétences à faire acquérir aux enfants. Ce programme tiendra également compte de la formation de tous ceux qui vont être nouvellement recrutés dans les métiers de l’enseignement », souligne Philippe KUDAYAH.

 

Vivement que le PERI 2 connaisse le même succès que le précédent projet!