Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Prévenir les inondations à Lomé: Les mesures envisagées

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Bien que considérablement réduits grâce aux grands travaux routiers en cours, les risques d’inondations à Lomé existent. Face à cette situation, le gouvernement reste vigilant. Aussi des actions urgentes , à moyen et court termes sont-elles envisagées en vue de prévenir les inondations.

 

inondations à Lomé: les causes

La lagune de Lomé constitue l’exutoire naturel privilégié d’une grande partie des eaux pluviales des différents bassins versants de la ville de Lomé. Elle divise la ville en deux (2) grandes entités : la zone située entre la mer et la lagune (basse ville) et la zone des plateaux de Tokoin au nord de la lagune (haute ville).

Les années 60 ont connu une très grande pluviosité avec un pic de 575,9 mm de pluie en juin 1967 qui reste la plus pluvieuse des cinquante dernières années.

Suite à cette pluviométrie de 1967, la lagune a connu un débordement extrême entraînant une inondation qui a coupé la ville en deux.

Les conséquences de cette inondation ont conduit à l’aménagement de la lagune en 1976 sur toute sa partie Ouest, qui correspondait à la limite nord de la ville à l’époque.

Ces aménagements ont abouti à la création de :

–         Trois (3) lacs de 80 ha (lac ouest, lac est et lac de Bè) ;

–         Un grand canal d’équilibre (GCE) et autres canaux ;

–         Des émissaires de vidange ;

–         Une station de relevage sur le lac Est ;

–         Des déversoirs ;

–         Des zones remblayées.

Le canal de Bè, en direction de l’Est, permet la connexion au lac de Bè avec le reste de la lagune demeuré à l’état naturel. Mais les aménagements de1976 ont rompu le système d’écoulement naturel des eaux vers l’océan Atlantique au niveau de Kéta (Ghana).

Par ailleurs, en fonction de sa position en contrebas par rapport à la basse et la haute ville, le système lagunaire a manqué longtemps d’entretien courant. Il subit, non seulement d’importants apports telluriques, mais aussi et surtout, des rejets d’eaux usées, de matières fécales et d’ordures ménagères, accentuant son envasement récurrent ces derniers temps avec un degré d’eutrophisation

élevé. Tout ceci occasionne des odeurs nauséabondes pendant la saison sèche.

L’état actuel du grand canal d’équilibre au niveau du marché de Hanoukopé indique le niveau d’envasement alors que les travaux de curage ne remontent qu’en 2013.

Cet envasement induit d’importants volumes d’eau à évacuer vers la mer lors des averses par les émissaires existants qui se trouvent aujourd’hui, sous dimensionnés. Les exutoires des émissaires gravitaires de décharge du lac Ouest se retrouvent constamment obstrués par du sable de mer sous les effets des hautes marées et des houles. Tout ceci provoque des débordements sur la lagune, surtout dans les quartiers riverains au sud du lac Ouest à Nyékonakpoè ces dernières années.

Les actions en vue de prévenir les inondations

En vue de trouver des solutions à cette situation générale de l’assainissement de Lomé, le gouvernement a fait actualiser, en 2004 le Plan Directeur d’Assainissement (PDA), en vigueur depuis 1986, pour mieux drainer et maîtriser les différents bassins versants de la commune de Lomé.

Ce PDA actualisé a fait des propositions d’aménagement de 24 bassins de rétention (BR) pour un volume total de 1,35 million de mètres cubes d’eau à stocker; de construction de canaux de différents types, dont 30 km de canaux primaires sous forme de conduites de gros diamètres, de dalots et de caniveaux à ciel ouvert.

Le coût total des travaux prévus par le PDA, estimé à 150 milliards de FCFA, est échelonné sur 10 ans (2004-2015).

Faute de moyens financiers en raison de la longue crise socio-économique qu’a connue le Togo, les travaux n’ont pas été exécutés conformément aux prévisions du PDA.

Ainsi, avec l’exécution des grands travaux de voiries urbaines et d’aménagement de bassins de rétention (BR) munis de réseaux gravitaires et de stations de pompage, les apports en débits instantanés seront énormes et la capacité de rétention (volume tampon) du système lagunaire serait insuffisante pour contenir ces eaux pluviales, d’où la nécessité de mener des actions.

Ces actions peuvent être subdivisées en opérations et travaux urgents et en actions à court et à moyen termes.

En prévision aux inondations, le ministère de l’Equipement Rural chargé de l’Assainissement collectif a organisé, comme chaque année, une réunion interministérielle en vue de statuer sur les actions de prévention des inondations avant l’arrivée des pluies.

Suite à une tournée sur l’ensemble du système collectif des eaux pluviales de la ville de Lomé, il a été relevé les opérations et travaux urgents avant les grandes pluies.

A ce titre, on peut citer :

–         Les ouvrages construits mais non opérationnels qui doivent être impérativement rendus fonctionnels avant l’arrivée des grandes pluies ;

–         Les ouvrages en construction qui doivent être suivis de façon minutieuse avec des dispositifs de secours pour évacuer les trop-pleins éventuels.

Les travaux urgents portent sur :

–         La dépression du triangle des rails (triangle de la mort) à Tokoin Dogbéavou ;

–         Le bassin de rétention de Tokoin Tamé (Université) ;

–         La dépression de Togo 2000 ;

–         La station de relevage du lac Est ;

–         La station de pompage d’AUBA ;

–         L’émissaire en dalot du lac Ouest à Nyékonakpoè ;

–         L’émissaire en double conduite de diamètre 1.200 mm du lac Ouest à Nyékonakpoè ;

–         Le grand canal d’équilibre ;

–         La station de pompage de la dépression de Todman ;

–         Le bassin de rétention d’Atikoumé ;

–         Le bassin de rétention de Takassi ;

–         Le bassin de rétention de Kagbara à Agbalépédovi ;

–         Le bassin de rétention de caméléon ;

Le bassin de rétention d’Avédji 1 non loin du carrefour Limousine ;

Le bassin de rétention du Lycée d’Agoè, etc.

L’ensemble de ces travaux urgents est estimé à cent quatre-vingt-dix-neuf millions cent quatre-vingt cinq mille (199.185.000) FCFA. Ce sont de petits travaux d’entretien et de maintenance des ouvrages d’assainissement.

Au niveau des actions à court et moyen termes, le projet d’aménagement urbain II du Togo (PAUT II) en exécution permettra de :

–         Excaver et équiper le quatrième lac d’une superficie de 15 ha pour un volume de rétention de 300.000 mètre cubes ;

–         Construire un canal de décharge de 4.500 mètres linéaires ;

–         Construire plus de 60.000 mètres linéaires de divers réseaux de drainage dans les quartiers Kanyikopé, Akodesséwa Est (Kponou), Akodésséwa Ouest (Kpota), Baguida, Adamavo, Kagomé, Adakpamé.

En dehors de ces mesures urgentes ou à court et à moyen termes, le ministère de l’Equipement Rural, en vue de résoudre les problèmes d’assainissement collectif des eaux pluviales, projette de réactualiser le plan directeur d’assainissement de Lomé, élargi au « grand Lomé », c’est- à-dire, à tous les huit(8) cantons de la préfecture du Golfe. Cette étude permettra de disposer des dossiers techniques chiffrés pour les zones critiques du grand Lomé.

Il faut noter que la construction du quatrième lac dans la zone de Kangnikopé permettra d’éviter les inondations dans les quartiers comme Ablogamé, Baguida, Avepozo, Bè- Kpota, Adakpamé, Kagomè, Kangnikopé etc.

Sont impliqués dans la lutte contre les inondations: le ministère des Travaux Publics, le ministère de l’ Urbanisme, le ministère de l’ Equipement Rural, AGETUR-Togo et la mairie de Lomé à travers la voirie.

(Photo: Schéma d’ensemble de la circulation des eaux pluviales à Lomé)