Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Prévision saisonnière 2016 : Le centre AGHRYMET/CILSS annonce une pluviométrie légèrement en dessous de la normale dans le Golfe de Guinée!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 » Ce que nous entrevoyons pour la région, c’est une situation pluviométrique légèrement en dessous de la normale »; ces propos émanant de Dr. Seydou Traoré , du centre régional AGHRYMET ( Agriculture, Hydrologie, Météorologie) , constituent l’essentiel à retenir d’un forum organisé ce vendredi 18 mars à Lomé, visant à partager les résultats de l’atelier régional de formation sur l’analyse des données climatiques pour la production d’informations sur la sécurité alimentaire: prévisions saisonnières des caractéristiques  agro-climatiques pour les pays du Golfe de Guinée, session 2016.

Tenue du 14  au  18 mars à Lomé,  cette rencontre  qui à regroupé des experts  climatologues et agro météorologues d’AGRHYMET/CILSS, les cadres des services météorologiques du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana , du Nigeria et du Togo, vise à élaborer des prévisions sur les caractéristiques  de la grande saison des pluies 2016 dans les pays du Golfe e Guinée.

La prévision saisonnière est le fruit d’un consensus fait autour des sorties des modèles et des connaissances sur la variabilité climatique passée et actuelle dans le Golfe de Guinée.

Les résultats de cette prévision donnent les tendances probables des cumuls pluviométriques sur les périodes Mars-Avril-Mai, Avril-Mai-Juin et Mai-Juin-Juillet 2016, des dates de début  et de fin de la grande  saison agricole, ainsi que des longueurs des séquences sèches pendant les périodes critiques de la croissance des cultures.

 

Prévision des cumuls de pluies

Pour la période de Mars-Avril-Mai (MAM), il est prévu sur les pays du Golfe de Guinée des quantités de pluies moyennes à déficitaires, notamment au Sud -est  de la Côte  d’Ivoire, au Sud du Ghana et du Togo et à l’extrême Sud-ouest du Bénin. Sur les autres  localités en dessous de 8 N, des quantités de pluies proches de la moyenne sont attendues.

Pour la période d’Avril-Mai-Juin (AMJ), il est prévu des cumuls pluviométriques déficitaires à moyens sur la moitié Sud-est de la Côte d’Ivoire, le Sud du Ghana et du Togo. Des cumuls pluviométriques proches de la moyenne sont très probables sur le reste de la zone concernée .

Dates de début de saison

D’une manière générale, des dates de début de saison normales à tardives sont attendues selon les localités de la zone allant du Centre sud de la Côte d’Ivoire au  Sud du Nigeria, en passant par le Sud du Ghana, du Togo et du Bénin.

Dates de fin de saison

Sur le Sud-est de la Côte d’Ivoire, le Sud du Ghana, du Togo et du Bénin, des dates de fin de saison précoces à moyennes sont prévues. par contre, au Centre-est du Ghana, au Centre-ouest du Togo et la moitié Sud du Nigeria, des dates de fin normales à précoces sont très probables.

Séquences sèches de début de saison

Il est très probable que les durées des séquences sèches en début de saison soient plus longues à équivalentes à la normale au Sud du Ghana, du Togo, du Bénin, du Nigeria et  le Sud-est de la Côte d’Ivoire

Séquences sèches de fin de saison

Des séquences sèches de fin de saison plus longues que la normale sont attendues au Sud du Ghana, du Togo, du Bénin, du Nigeria et au Sud-est de la Côte d’Ivoire.

Conseils pour les utilisateurs

.Pour les agriculteurs

-utiliser des espèces  et variétés à cycle court et résistantes à la sécheresse

-limiter l’usage des variété exigeant beaucoup d’eau

– interagir avec les techniciens de la météorologie nationale et des services d’agriculture pour des conseils sur les variétés à utiliser et les dates de semis optimales , afin d’éviter la mortalité des jeunes pousses et les pertes ( en semences et en main d’œuvre) liées aux séquences sèches au démarrage de la saison

-modérer l’apport de fertilisants notamment azotés pendant la phase d’installation des cultures et les périodes à risque de sécheresse

-utiliser les techniques de conservation de l’eau dans les sols et planifier le recours à l’irrigation d’appoint

– promouvoir l’agroforesterie

-encourager la pisciculture

– mettre l’accent sur l’exploitation des bas-fonds dans les localités où un déficit pluviométrique est attendu

-assurer un usage efficient des ressources en eau

-ne pas baisser la garde vis-à-vis d’éventuelles fortes pluies pour minimiser les dégâts sur les vies et les biens matériels.

Pour les pêcheurs

Le refroidissement attendu des eaux du Golfe de Guinée est favorable à la remontée du phytoplancton, donc à une bonne production de poisson, d’où la nécessité de prendre les dispositions pour maximiser les profits de la pêche maritime.

 

( Photo: les participants à l’ouverture du forum)