Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Projet de Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres : Bilan satisfaisant!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières(MERF) dresse un bila satisfaisant de la première phase de la mise en œuvre du Projet de Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT). Les activités de la première phase de ce projet de même que la validation du plan de travail pour le compte de la période 2014-2015 étaient au menu d’un atelier tenu ce hier jeudi 24 juillet à Lomé.

Evalué à environ 16,496 millions de dollars américain et financé par cinq bailleurs de fonds, le PGICT a pour objectif de renforcer les capacités institutionnelles des structures impliquées dans la gestion des catastrophes, de développer des activités communautaires pour l’adaptation au phénomène de changements climatiques et de renforcer le système d’alerte précoce par un suivi et une capitalisation des connaissances hydrométéorologiques.

Il est élaboré et lancé en décembre 2012 par le Gouvernement togolais à travers le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, suite aux désastres causés par les pluies diluviennes connues par le Togo les années précédentes avec pour souci de soutenir les moyens de prévention et de prise en charge des structures qui œuvrent dans le domaine de la prévention et de la gestion des catastrophes.
A l’ouverture de cette rencontre, le Directeur de cabinet du MERF a souligné qu’au cours de l’exercice passé, plusieurs activités ont été développés , entre autres: la fourniture de matériel roulant évalué à 84 837 742 F CFA au corps des sapeurs pompiers pour la gestion des urgences ; la fourniture de 190 vélos et 18 motos tout terrain à la Croix rouge togolaise pour un appui à la collecte des données météorologiques et pluviométriques sur le terrain. En outre, la Direction de l’hygiène et de la météorologie a été également équipée de matériels évalués à environ 112,5 millions de F CFA pour l’opérationnalisation du système d’alerte national. Par ailleurs 11 projets communautaires ont été fiancés pour une valeur de 153 millions dans les zones vulnérables aux changements climatiques et plus de 11 132 apprenants dans les écoles et villages sensibilisés sur les effets néfastes des changements climatiques à travers des bandes dessinées et autres spots publicitaires.

Cet atelier qui a réuni une soixantaine de participants venus de toute l’étendue du territoire national vise à faire adopter de façon participative et inclusive, le plan de travail et le budget annuel des activités de ce projet par les membres du comité de pilotage. Il marque le démarrage des travaux de la deuxième phase du PGICT.

(Photo: photo de famille des participants à l’atelier de validation)