Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Réhabilitation de la nationale N°5: lancement des travaux du tronçon Kpélé Govié-Atakpamé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a donné le premier coup de pioche lançant les travaux de réhabilitation et de renforcement du tronçon Kpélé Govié-Atakpamé, hier mardi au cours d’une cérémonie solennelle tenue à Amlamé en présence des membres du gouvernement, des parlementaires ainsi que de plusieurs hautes personnalités.

La mise en état de ce tronçon long de 66, 10 km, après celui de Kpélé Akata- Kpélé Govié, constitue la dernière phase des opérations de réhabilitation et de renforcement de la nationale N°5, s’inscrivant dans le cadre du programme d’actions prioritaires en matière d’infrastructures routières, de la politique des grands travaux. C’est à juste titre que les populations riveraines de ce tronçon , en l’occurrence celles des préfectures de l’Ogou, d’Amou et de Kpélé, sont massivement venues apporter leur soutien au Chef de l’Etat par la voix du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat Me Fiatouwo Séssénou.

Estimés à plus de 40 milliards de FCFA, les travaux financés par l’Etat togolais et plusieurs partenaires notamment le Fonds Koweitien, le Fonds Saoudien pour le Développement, la Banque Islamique de Développement, ainsi que la BADEA, seront exécutés en trois grandes étapes par trois entreprises. Il s’agit du Groupe GER dont le PDG M. Lequessim Masamessoh assure : « C’est avec fierté que nous exécuterons ces travaux (12 km) dans le délai de 12 mois qui nous est imparti. Que tous les Togolais soient sûrs que nous rendrons des infrastructures de qualité » . The ARAB CONTRACTORS et la société SOROUBAT héritent respectivement de 26k et 26,1 km de tronçon à réfectionner et ce pour une durée de 16 mois.

Les travaux seront soumis au contrôle du groupement A-Z CONSULT/ TAET. Ils consistent notamment en le débroussaillage, le décapage du terrain naturel et le nettoyage de l’emprise, le terrassement de cet espace, le revêtement. S’en suivront les ouvrages de drainage et d’assainissement, le déplacement des réseaux et autres.

Il est à noter que des mesures environnementales sont prises afin de protéger les populations et l’atmosphère.

Le projet est qualifié d’ambitieux et révolutionnaire par le ministre des Travaux Publics et des Transports, M. Ninsao Gnofam car en marge de la réhabilitation du tronçon, sont prévues des réalisations connexes à fortes portées économiques et sociales. Il s’agit en priorité de construire des blocs de latrines, des hangars couverts, un bâtiment scolaire de trois classes avec bureaux ainsi que des clôtures des Centres Médico-Sociaux et cimetières situés le long de l’axe routier.

Le projet présente aussi l’avantage de faciliter une fois à terme, le développement socio-économique de cette partie de la région des plateaux, zone de culture par excellence du café du cacao, des produits vivriers et des fruits. Finis donc les tracas de la route dus à son état de délabrement ; les populations riveraines l’ont clairement démontré par leur vive adhésion au projet. Les retards sont désormais considérés comme appartenant au passé ainsi la contrebande vers les pays limitrophes du fort potentiel agricole dont dispose cette zone mais dont la fructification échappe au Togo en raison des difficultés liées à l’état de la route. Le gain de temps au cours des périples est la nouvelle donne et le lancement de ces travaux sonne enfin le glas des centaines d’emplois locaux pour des jeunes très heureux de donner leur touche à ces réalisations en marquant l’histoire du développement du Togo et qui n’attendent que de faire leurs preuves.