Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Réhabilitation de la route Lomé-Cotonou :   ce que le Togo en tire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La réhabilitation de la route Lomé-Cotonou fait partie  des  grands travaux d’infrastructures routières  réalisés ces dernières années au Togo.

Les travaux ont été financés par la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur de 109 millions de dollars américains. L’objectif est de désengorger le trafic routier, réduire les coûts qui y sont liés, répondre aux problèmes des transporteurs routiers, fluidifier les échanges commerciaux entre les deux pays et favoriser le brassage culturel.

Comme annexe, le poste de contrôle juxtaposé construit à la frontière-Est avec le Bénin va être doté d’équipements électriques et informatiques ainsi qu’en mobilier de bureau. La construction de ce poste de contrôle unique vise à améliorer l’efficacité dans les opérations de transit, accroître la circulation des personnes et des biens dans la région et surtout entre les deux pays. Il est prévu que les systèmes douaniers des deux pays soient interconnectés, les formalités douanières et d’immigration se feront dans un seul bâtiment où cohabiteront les services frontaliers togolais et béninois. Naturellement, le temps de transit pour les voyageurs sera raccourci et l’insécurité sera mise à rude épreuve.

Aujourd’hui, un (01) bloc administratif d’un bâtiment de deux niveaux, une (01) zone d’inspection des camions, un (01) vaste entrepôt des douanes, cinq (05) blocs sanitaires, des salles de contrôle, pont-bascule et scanner ainsi qu’un (01) bâtiment de service-incendie pour accueillir une équipe de sapeurs-pompiers ont été construits sur le site. Mieux, une zone de contrôle pour les piétons, un abri pour les conducteurs de poids lourds et pour les piétons, un parc animalier et un local de contrôle vétérinaire, des voies et parkings pour camionnettes ainsi qu’un réseau d’alimentation et de distribution d’énergie électrique, d’eau et de téléphone ont été installés à l’extérieur. En fin décembre 2019, 75% des travaux étaient achevés. L’ouvrage devait initialement être livré en mars 2020.

La deuxième phase du projet sera consacrée à l’aménagement en quatre (04) voies du tronçon routier Avépozo-Aného, long de 30 kilomètres. Les travaux comprennent la construction de 28 épis et le rechargement en sable des côtes togolaises et béninoises ; l’équipement du poste de contrôle juxtaposé. Cette nouvelle phase coûtera environ 188 millions de dollars.