Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Robert DUSSEY discute avec l’Union Européenne à Bruxelles.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Au siège de l’Union Européenne, mardi après midi,  le ministre des affaires étrangères et de la coopération a rencontré le nouveau Commissaire européen à la coopération internationale et au Développement, Neven Mimica.  Ils ont parlé de la sécurité  maritime, du XIe FED et des élections présidentielles au Togo.
 
Avec  le croate Neven Mimica, le ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey, a discuté de la sécurité maritime. Les actes de piraterie maritime, auxquels s’ajoutent le narco-terrorisme, les phénomènes du trafic de drogue, des armes  et du crime organisé,  représentent une grande menace à la stabilité et au développement économique  des pays du golfe du Guinée.
 ‘Le Togo est un membre actif et responsable de la communauté internationale, décidé d’œuvrer, main dans la main,  avec les autres nations, pour endiguer systématiquement les vecteurs de tensions, pour briser partout le cycle de la violence et éviter l’enracinement de l’insécurité.  Ce sont là autant de préalables pour la paix sociale mais aussi pour l’émergence économique’, a révélé M. Dussey  au commissaire européen.
Parce qu’elle est préoccupée par la sécurité internationale, l’Union européenne pourra venir en appui à l’organisation du sommet sur la sécurité maritime que le Togo organise en octobre 2015, à Lomé, sous l’égide de l’Union Africaine. Elle fournira aussi un appui logistique et/ou financier aux pays exposés à ce trafic.
 MM  DUSSEY et Mimica ont eu l’occasion de revenir sur le XIe FED (216 millions d’euros).  Ce programme de coopération avec le Togo,  devra fortifier   les secteurs de  l’assaisonnement et l’énergie, considérés comme des priorités. Ils se sont entretenus sur la tenue prochaine des élections présidentielles au TOGO.
« Le chef de la diplomatie togolaise a rappelé que les autorités étaient déterminées à organiser un scrutin libre, démocratique et parfaitement transparent comme elles l’avaient fait dans le passé (2010, 1013). Il a appelé au dialogue toutes les composantes politiques du pays afin d’avancer vers le progrès, le développement et la consolidation de la démocratie. Un message bien compris à Bruxelles » résume une source diplomatique togolaise.