Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Santé : Le Togo veut réduire la contamination au VIH-SIDA dans les milieux de la prostitution

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Le Togo ne baisse pas les bras dans la lutte contre le VIH-SIDA. Au-delà de l’action globale de riposte contre cette maladie, le Gouvernement a décidé de mener des efforts sectoriels notamment parmi les professionnels du sexe . A cet effet, il est élaboré un programme national de lutte contre le VIH dans les milieux de prostitution sur la période 2014 – 2018. Ce programme a été validé à Lomé au cours d’un atelier qui s’est achevé hier mercredi 06 août 2014.

Ce programme s’articule autour de trois (03) axes à savoir : le renforcement de la prévention de l’infection au VIH SIDA et aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST), l’intensification de la prise en charge globale des séropositifs qui font toujours objets de stigmatisation et de discrimination dans la société et enfin le renforcement de la gouvernance dans ce secteur.

Il s’inscrit dans la politique nationale de prévention et de prise en charge globale du VIH-SIDA et s’intègre parfaitement dans la vision du plan stratégique national qui est celui de parvenir à un Togo sans nouvelle infection et d’atténuer l’impact du VIH-SIDA sur la population pour aboutir à un développement socio-économique fort et durable.

« Il est question de prévoir les actions qui permettront de réduire le plus tôt possible le taux du VIH/SIDA chez les professionnels de sexe et chez leurs clients sans oublier leurs partenaires qui constituent la plus grande majorité des femmes », a laissé entendre Mme BOKO Afi, directrice de la famille et de la jeune fille au ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation.

Le Professeur Vincent PITCHE, Coordonnateur national du conseil national de lutte contre le SIDA et les IST , a pour sa part, laissé entendre que malgré les efforts ayant permis la baisse du taux de prévalence, beaucoup de défis restent encore à relever, surtout à l’endroit des professionnels de sexe. « En dehors des efforts du gouvernement, nous avons pour mission de sensibiliser les clients, c’est-à-dire ceux qui fréquentent les professionnels de sexe sur l’exigence du port des préservatifs afin que ces derniers soient épargnés du danger qu’est le SIDA, ce qui permettra de réduire la prévalence », a-t-il souligné.

Au Togo, avec les efforts de tous les acteurs impliqués dans le domaine de la santé, la prévalence au VIH-SIDA au niveau des professionnels de sexe est passé de 29,5 % en 2005 à 13,1 % en 2011. Cependant, la cartographie des sites de prostitution indique un nombre grandissant de professionnels de sexe. Précisons que la prévalence au niveau de l’ensemble de la population est passée de 40/0 en 2005 à 2,3 0/0 en 2014.