Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Santé : les ambitions du Togo pour le secteur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Les autorités togolaises ont multiplié ces dernières années les initiatives visant à moderniser et redynamiser plusieurs secteurs socio-économiques, dont celui de la santé.   Dans ce secteur,  les actions portent déjà leurs fruits mais  le gouvernement ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Bien au contraire,  plusieurs autres initiatives  sont envisagées notamment à l’horizon 2025 avec pour  objectifs : moderniser davantage le secteur, fournir des soins de qualité et les  rendre  accessibles à la population.  

 

Dans le processus de développement socioéconomique résilient et inclusif, le Togo a toujours priorisé les questions relatives à la santé. Par le biais des concours généraux et sectoriels organisés de 2008 à 2018, 5 147 agents de santé ont été recrutés et mis à disposition des formations sanitaires, signe de l’existence d’une réelle politique de renforcement en ressources humaines. Tout calcul fait, le nombre de fonctionnaires exerçant dans le secteur s’élève à plus de 11 000.               

Depuis février 2019, 05 cliniques mobiles sont opérationnelles sur le territoire, en raison d’une par région. Elles sont équipées et facilitent l’accès aux soins pour des populations vulnérables et éloignées des structures sanitaires classiques. Ces 05 mini hôpitaux interviennent pour des prises en charge immédiates et devraient desservir 2 700 villages avec 2,5 millions de patients potentiels ciblés pour au moins 276 000 consultations annuelles attendues.

Bâtir un Togo prospère avec des Togolais en bonne santé

L’Etat envisage de doter les structures sanitaires de scanners pour améliorer la prise en charge des patients ; construire 100 Centres médicaux sociaux (CMS) dans les zones rurales pour lutter contre l’automédication, la médecine traditionnelle et d’autres formes de pratiques médicales morbides ; réhabiliter les centres de santé communautaires existants.

Il est également prévu une banque de sang  par région.

Par ailleurs, de 2020 à 2025, le processus de contractualisation des formations sanitaires sera élargi pour assainir la gestion sanitaire, réhabiliter et doter les structures d’équipements. On ne peut surtout pas passer sous silence les idées de construction et d’équipement de 06 centres de santé mère-enfant sur le territoire ; le doublement du nombre d’accoucheuses auxiliaires d’Etat ; l’extension de l’assurance maladie universelle à tous les Togolais afin de réduire de plus de 80% la part du coût des soins de santé supportés par les ménages ; le renforcement de la lutte contre le trafic et la contrefaçon de médicaments et des produits pharmaceutiques ; la construction et l’équipement d’un centre de lutte contre le cancer ; le renforcement du dépistage et du traitement des maladies non transmissibles ; l’introduction du vaccin contre l’hépatite B et le cancer de l’utérus dans le programme élargi de vaccination, etc.

(Photo : Moustafa Mijiyawa, ministre chargé de la santé)