Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

SCAPE: les résultats de la première année de mise en œuvre passés en revue

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Passer en revue les résultats de la mise en œuvre au titre de l’année  2013 de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE), c’est cet exercice qui a réuni hier jeudi 13 novembre à Lomé , des  acteurs en  développement de l’administration publique, du secteur privé, de la société civile et les partenaires techniques et financiers.

La rencontre a été présidée par  le Premier ministre Séléagodji  Ahoomey-Zunu en sa qualité de président du Conseil National de Pilotage des Politiques de Développement (CNPPD),  l’ initiateur de la revue.

La présente revue annuelle conjointe de la SCAPE ne vise pas à remettre en cause les résultats enregistrés ; cette phase est supposée être franchie avec des différentes étapes du processus de validation du rapport-bilan. La revue offre plutôt l’occasion de tirer les enseignements des résultats enregistrés. Le but de notre dialogue ici étant d’échanger sur les problèmes majeurs qui entravent l’atteinte des résultats escomptés et de nous accorder sur les recommandations formulées pour leur solution” , a déclaré le premier ministre à l’ouverture de la rencontre.

Le rapport présenté , fait ressortir d’importants progrès dont les grandes lignes  sont énumérées ici par M. Djossou Mawusi Sémodji, ministre en charge du Développement: ” On note beaucoup de progrès dans les différents axes de la SCAPE notamment en ce qui concerne les secteurs porteurs  de croissance:, l’agriculture, l’industrie,  le tourisme etc. ; dans les infrastructures de  soutien à la croissance des résultats encourageants ont été enregistrés ainsi que dans les secteurs sociaux: l’éducation, la santé, la, protection sociale etc. ; la gouvernance avec les progrès dans le début de la mise en œuvre des recommandations de  la CVJR, le renforcement des forces de sécurité. Dans l’axe 5 concernant le développement à la base, des progrès encourageants sont également enregistrés.

M. Sémodji reconnaît cependant qu’ ” il y a encore des défis importants à relever notamment en ce qui concerne un financement plus adéquat des actions de la SCAPE,  un meilleur fonctionnement du dispositif institutionnel de pilotage du développement “

Ces  résultats ont été salués par les acteurs présents à la revue. Ils ont ensuite formulé des recommandations pour permettre au Togo de maintenir le cap. Ainsi la société civile souhaite le renforcement du dialogue public-privé, le renforcement des capacités des acteurs des organismes de suivi-évaluation, l’amélioration du cadre institutionnel de l’organe en charge des marchés publics, l’extension du guichet unique aux autres tranches d’activités, l’opérationnalisation du fonds d’appui à la scolarisation de la jeune fille et la finalisation du processus de décentralisation.

Pour  les partenaires techniques et financiers , l’Etat togolais doit renforcer le cadre de concertation public-privé, accroître durablement les capacités de mobilisation des ressources du pays, clarifier le cadre public-privé. “Les partenaires du Togo ont voulu exprimer leur satisfaction pour la tenue de cette revue de la mise en œuvre de la SCAPE.  Les Partenaires techniques  et financiers sont pleinement engagés dans la mise en œuvre de la SCAPE comme ils l’ont été dans sa formulation. Une année de mise en ouvre, ce n’est qu’un début ; les partenaires ont voulu partager leurs appréciations des résultats encourageants qui ont été atteints  déjà au cours de cette première année, donné également un feedback sur les domaines où ils observent que les efforts soutenus doivent être faits;  ils ont également exprimé des engagements à poursuivre leurs appuis et leurs propres  efforts pour que les objectifs de la SCAPE soient réalisés. Ils suggèrent qu’en 2015, il y ait une revue de la SCAPE”, a déclaré Mme Kardiata Lo Ndiaye, représentante-résidente du Système des Nations Unies au Togo.

 

 

 

 

 

 

 

).