Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Semaine de la micro finance: un panel a mis fin à l’édition 2014

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Démarrée lundi dernier, la semaine nationale de la micro finance s’est achevée hier vendredi avec un panel qui a réuni les acteurs de la mise en œuvre du Fonds National de la Finance Inclusive ( FNFI) et les partenaires pour une rétrospective des activités menées depuis le lancement de ce Fonds . Il était également question d’un partage d’expériences avec d’autres pays présents à cette semaine de la micro finance et tout ceci dans  une perspective de rendre plus inclusive la finance pour toutes les couches sociales.   

A ce panel, tous les secteurs d’activités soutenus par le FNFI sont représentés. Le Fonds vise à combler les besoins des populations surtout les plus vulnérables en matière de micro crédit. Un volet pris en compte également dans le projet ” Vision Togo  2030″ mis en place pour l’émergence du Togo.

A partir du moment où on génère de nouveaux revenus, cela permet aux populations d’accéder et de financer les questions de logement, les questions de santé et les questions d’éducation. La vision Togo 2030  s’imprègne de cette expérience originale et qui me faire dire que nous devons réinventer les modes de développement de notre pays. Je crois que le FNFI  dans son fonctionnement y  participe”,  soutient le Professeur Kako Nubukpo, ministre auprès du Président de la République chargé de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques Publiques.

Les résultats très encourageants enregistrés par  le Fonds National de la Finance Inclusive (FNI)  à travers son premier produit APSFEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers)  force l’admiration de la République du Bénin très avancée sur ce terrain et qui a toujours accompagné le Togo dans la dynamique de l’inclusion financière. ” Le Togo est déjà très bien parti et aussi l’option qu’a choisie le Togo, celle d’associer les acteurs de la micro finance,  ne peut qu’apporter du succès. C’est la même option que le Bénin et d’autres  pays qui ont connu un programme de financement inclusif ont choisie. Bien entendu , il y a une volonté politique et le Togo l’a; il faut une politique volontariste et le Togo s’ y est engagé mais il faut d’abord et avant tout  que les techniques et le professionnalisme priment dans les différents programmes de finance inclusive“, souligne  Mme Reckya Madougou, ex-ministre de la Micro finance du Bénin.

Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat , de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes  et les partenaires du FNFI ont , à travers la semaine nationale de la micro finance échanger sur la nécessité d’assainir le secteur pour le rendre accessible à un plus grand nombre de bénéficiaires. “Le partage d’expériences nous permet d’éviter les erreurs qui ont été commises dans certains pays.  C’est cela également la pertinence de ce genre de semaine nationale de  la finance inclusive qui est à sa première édition.  Nous avons reçu des directeurs des Fonds des pays comme le Burundi, la Côte d’Ivoire, le Bénin…Donc tout cela a permis d’échanger sur la nécessité d’assainir le secteur, la nécessité d’avoir un système intégré qui prend en compte les besoins de tous les citoyens, la nécessité de développer des produits adaptés  à toutes les couches socioprofessionnelles. On a parlé des artisans, on a parlé des agriculteurs … Tous ces échanges d’expériences nous conforte que nous sommes sur la bonne voie  et nous permettent également de nous améliorer pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, c’est-à-dire assurer l’inclusion financière dans notre pays.”

D’ici à fin 2014,  300.000 bénéficiaires devront être touchés par APSEF . Il est alors exigé des prestataires des services financiers partenaires du FNFI plus d’engagement  et de vigilance pour éviter d’éventuels écueils.