Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Semaine de l’intégration africaine: l’artiste plasticien Yosso Kokou David présent à l’événement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Les 24 et 25 mai 2016, s’est tenue à Lomé, la première édition de la semaine de l’intégration africaine , organisée par le ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine. A l’apothéose de cet événement, plusieurs communautés africaines présentes au Togo ont exposé dans des stands dressés à leur effigie,  divers mets et  objets  de leur terroir .   A cet, effet pour montrer la richesse et la diversité de la culture togolaise, le ministère des Affaires Etrangères a fait appel à une dizaine d’artistes , triés sur le volet. Parmi eux, Yosso Kokou David , artiste plasticien.

 

La quarantaine,  Yosso Kokou David fait partie de ces artistes togolais qui montent, montent…! Et qui sans doute écriront les  plus belle pages de l’histoire  de l’art togolais.  Peinture sur toile, récupération , telles sont les spécialités de Yosso Kokou David dont les œuvres sont sans doute celles d’un grand artiste en devenir. En témoigne son invitation  à la semaine de l’intégration africaine. La quinzaine d’œuvres exposées par l’artiste , n’ont pas laissé le public indifférent . « Pour moi , c’est un honneur d’être invité pour exposer  à la semaine de l’intégration. C’est la preuve que mon talent est reconnu« , se félicite -t-il.

Lorsqu’en  2006 Yosso Kokou David fait son entrée dans l’univers de l’art , il était loin de se douter que son talent allait le propulser aussi loin.

« Je suis entré dans ce métier par vocation mais aussi par passion. J’étais sûr d’avoir fait le bon choix mais je ne pouvais pas imaginer que 10 ans après, je serais là où  je suis aujourd’hui », explique-t-il.

Les débuts étaient difficiles, mais l’artiste a tenu bon.   » Je voulais à un  moment abandonner tant  les difficultés étaient nombreuses et paraissaient infranchissables. Je doutais de moi-même et de mes talents. »

Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux pour  l’artiste qui peut se targuer d’avoir vaincu ces écueils. Certes Yosso Kokou David n’est pas Paul Ayih, encore moins le Picasso togolais, et il sait que le chemin est encore long pour parvenir au sommet, mais le jeune plasticien ne veut pas s’arrêter en si bon chemin ; il compte sur son talent pour y arriver.

 » Je sais que j’ai encore du chemin à faire pour  être au top, mais on peut tout faire quand on a du talent. A cœur vaillant, rien d’impossible! « , dit-il.

Au public, l’artiste promet:  » Vous Verrez  bientôt la force de frappe de  Yosso Kokou David et  toute l’étendue de son talent! ».

Rendez -vous donc à la galerie « Agnanssandzopé », ( ex-galerie la Muse sise à Tokoin, non loin de LTDH), pour découvrir les œuvres de l’artiste qui prépare activement sa participation à la 6é édition du festival d’art contemporain  » Territoire de création ».