Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Situation sociopolitique au Togo : le CJD et le CNJ font le bilan de leurs activités

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Au cours d’une rencontre d’échanges et de partages,   tenue ce mercredi 04 octobre 2017, à l’hôtel Ghispalace à Baguida, le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD)  et le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) ont dressé  le bilan de leurs activités de sensibilisation à la paix suite aux manifestations violentes qu’a connues le Togo. Plusieurs  jeunes  venus  de l’intérieur  du pays et des quartiers de Lomé ont pris part à cette rencontre qui s’est déroulée dans une ambiance chaude et conviviale entretenue par plusieurs  artistes de la chanson.

La rencontre a permis aux  jeunes leaders  de donner  leurs points de vue sur l’évolution  de l’actualité politique  et de faire des propositions devant aider à renforcer les actions de sensibilisation citoyenne.

Du bilan, il ressort que face  au  climat sociopolitique tendu,  marqué par des appels à la violence sur les réseaux sociaux, des messages de haine distillés dans la masse,  le CJD et le CNJ  ont initié  des rencontres citoyennes d’échanges et d’information avec les jeunes, principales cibles de manipulations politiques.  Ainsi, les deux organisations ont  rassemblé la jeunesse  à l’Hôtel Concorde, à la Maison des Jeunes d’Amadahomé et à la Bluezone  Cacavéli, respectivement les 13 et 18 septembre 2017 ;  et dans une manifestation monstre le 22 septembre au Palais des Congrès de Lomé.

Dans la déclaration sanctionnant la rencontre de ce jour, le CJD et le CNJ  renouvellent  leur confiance au Chef de l’Etat, l’exhortant  à poursuivre sa politique d’apaisement.

Par ailleurs, elles invitent  les acteurs politiques et sociaux  et la diaspora à parachever les questions  des réformes dans la paix.

Quant à  la jeunesse, le CJD  et le CNJ l’appellent à redoubler de vigilance vis-à-vis des messages incendiaires appelant à la violence, au vandalisme, qui mettraient en danger le climat de paix.

(Photo : les responsables du CJD et du CNJ  face aux participants)