Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Stimuler l’économie et soutenir le secteur privé : L’IDA va doubler son enveloppe au Togo entre 2017 et 2020

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Des membres du gouvernement togolais  ont eu, hier mardi 06 juin 2017 à Lomé, une séance de travail avec Alex Van Trotsenburg Vice-président du Groupe de la Banque Mondiale (BM)  pour le financement du  développement. Les discussions ont porté sur  les possibilités pour le Togo d’accéder à des niveaux de financement nettement plus élevés auprès de l’Association internationale de Développement (IDA).

En décembre 2016, une coalition de plus de 60 gouvernements des pays donateurs et emprunteurs a accepté d’intensifier la lutte contre l’extrême pauvreté avec un engagement record de 75 milliards de dollars pour l’IDA, l’organe du Groupe de la Banque mondiale qui appuie les pays les plus pauvres. Un tel engagement est la preuve de la solidarité manifestée par la communauté mondiale pour transformer la vie de milliards de personnes.

On estime  que 60% du montant total engagé, à savoir 45 milliards de dollars, servira à financer des investissements  dans les pays d’Afrique subsaharienne au cours des trois prochaines années. Ces financements permettront à l’IDA  d’intensifier considérablement les interventions de développement dans les pays éligibles à son guichet, y compris le Togo, pour aider à lutter contre les conflits, la fragilité et la violence, les déplacements forcés, les changements climatiques, les inégalités de genre, et aider à promouvoir la gouvernance et le renforcement des institutions et créer des emplois.

Du 1er juillet 2017 au 30 juin 2020, l’enveloppe de l’IDA pour le Togo (enveloppe nationale) va doubler pour atteindre un montant de 230 millions de dollars. Lorsqu’on  combine cela avec les 113 millions de dollars de financement  IDA approuvés au deuxième trimestre de 2017 et les ressources provenant de l’enveloppe régionale de l’IDA, le montant total des dons  et crédits de l’IDA s’élève à plus de 340 millions de dollars pour la période couverte  par le nouveau Cadre  de partenariat du Groupe de la Banque Mondiale pour le Togo. « Le financement et la panoplie  des mesures proposées par l’IDA visent à stimuler une croissance inclusive et à créer de nouvelles opportunités », a déclaré Van Trotsenburg. «  Nous nous réjouissons dans la perspective de travailler avec le gouvernement  et le secteur privé pour entreprendre des investissements transformationnels qui peuvent aider à stimuler l’économie du Togo, créer  des opportunités pour les populations et rendre le pays plus résistant aux chocs et aux crises », a-t-il ajouté.

Le Togo est également éligible aux ressources de l’IDA régionale qui finance des projets  transformateurs au-delà des frontières. Il est aussi éligible au guichet de  l’IDA pour le financement  du secteur privé – private  sector  window (PSW)-  pour stimuler les investissements privés dans les pays les plus pauvres et fragiles. Le PSW soutiendra les investissements qui sont généralement considérés comme étant trop risqués, mais qui peuvent avoir un impact potentiellement élevé sur le développement.

« De nombreux pays font face à des défis pour attirer des investissements  réussis, innovants et responsables qui, à leur tour, peuvent influer sur la perception des risques que pourraient avoir les investisseurs nationaux  et étrangers », a souligné Van Trotsenburg.  Et de poursuivre « En associant les ressources publiques et privées pour éliminer les risques liés aux investissements, le PSW va accroître la capacité du secteur privé à créer des marchés et à démontrer qu’avec un bon rendement risque/profil, les marchés frontaliers sont attrayants et rentables , et qu’ils peuvent encourager davantage d’investissements ».

Le PSW se base sur l’appui du Groupe de la Banque mondiale au secteur privé. Au cours de la dernière décennie, l’IDA, la Société financière internationale (IFC) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) ont conjointement soutenu des investissements privés de plus de 100 milliards  de dollars dans les pays de l’IDA. Ces interventions ont porté sur l’appui à des politiques et réglementations  visant à faciliter les investissements complémentaires nécessaires, y compris les infrastructures physiques et les investissements  directs dans le secteur  privé. Les trois institutions vont œuvrer ensemble  pour utiliser stratégiquement les ressources publiques  en vue de catalyser les investissements privés sur ces marchés difficiles.

Au Togo, l’IDA soutient actuellement des projets  visant  à améliorer la productivité agricole, fournir des filets de sécurité sociale, assurer que les femmes  et les enfants  aient accès aux services de santé et de nutrition, et à créer des emplois pour  les jeunes. Les nouvelles opérations à financer  par l’IDA et qui ont été convenues  dans le cadre du nouveau cadre de partenariat du Groupe de la Banque mondiale avec le  Togo,  couvrent les secteurs  de l’énergie, la compétitivité  et le développement  des capacités, les infrastructures  urbaines, les services logistiques , la santé , les services publics, la gestion des côtes et la gestion intégrée  des catastrophes  et des  terres . Outre les opérations d’investissements, un certain nombre d’études analytiques et de services de conseil  sont envisagés, notamment sur les questions suivantes : partenariats public-privé, cadre fiscal ; stratégie de gestion de la dette ; évaluation de la politique foncière ; sources de croissance et de compétitivité ; évaluation des inégalités hommes-femmes ; services décentralisés ; et cadre stratégique pour l’économie bleue.

«  Les ressources de l’IDA  ont un impact significatif  sur  la qualité  de vie et sur les opportunités offertes aux populations togolaises »,  a indiqué Pierre Laporte,  Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo. « Ces ressources appuient les  efforts  visant à  créer des institutions publiques  plus fortes, créer des emplois et un secteur privé dynamique, renforcer la prestation des services publics tels que les soins de santé et les filets de sécurité sociale et renforcer la résilience.  Il s’agit là  des domaines qui aideront le Togo à réduire la pauvreté  et à promouvoir  une croissance durable », a-t-il ajouté.

La délégation du Groupe de la Banque mondiale qui séjourne à Lomé depuis le 2 juin 2P017, est conduite par Messieurs Seydou Bouda (Administrateur pour le Togo auprès de la Banque mondiale) et Van Trotsenburg.

(Photo: la délégation de la Banque mondiale posant avec les membres du gouvernement)