Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Tchagodomou Rafatou : heureuse patronne d’atelier grâce au PDC-ZU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

A 42 ans, Tchagodomou Rafatou est l’une des meilleures maitresses couturières de la ville de Sokodé. Son modeste atelier situé à Koma2 non loin du marché , ne désemplit pas de clients. Ce succès, la jeune femme le doit au volontariat.

Enrôlée dans une vagueVolontaires d’engagement Citoyens (VEC), en 2015, Rafatou a accompli sa mission en quatre mois. Ouvert quelqus années plus tôt, son atelier ne comptait qu’une seule machine à coudre qui s’est vite révelée insuffisante pour satisfaire la cilentèle . Pour venir à bout de cette difficulté , Rafatou dut louer une autre machine . Elle n’était pas pour autant sortie de l’auberge puisqu’elle venait d’avoir deux apprenties.
Acculée, la jeune femme décide de s’enrôler comme volonatire. «  J’étais d’abord attirée par l’idée de contribuer à la salubrité de ma ville. Je voulais aussi, à travets le volontariat , résoudre le problème de machine », explique-t-elle.
La mission ne fut pas facile pour la jeune maitresse couturière qui devait faire face aux moqueries de son entourage et de ses camarades couturières . «  Les gens se moquaient de moi. Ils se demandaient comment une maitresse couturière comme moi et qui de surcroit avait des apprenties, puisse décider de s’enrôler comme volontaire », confie Rafatou.
Malgré les railleries, la jeune femme tient bon et réussit sa mission . Avec une machine à coudre , une machine à surfiler et bien d’autres materiels de couture qu’elle reçut à la fin de sa mission, Rafatou agrandit son atelier. Plus tard , elle s’achète, avec ses économies, d’autres machines et reçoit trois autres apprenties. «  Aujourd’hui, ça va. Je ne regtette pas ce temps que j’ai passé dans le volontariat », se félicite-t-elle. «  Ceux qui se moquaient de moi, me félicitent aujourd’hui. Certains parmi eux se sont même fait enrôler dans le volonatrait », témoigne Rafatou.
Après leur mission auprès de l’Agence Nationale de Volontariat au Togo ( ANVT), sur des travaux d’assainissement et de citoyenneté, l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB), accompagne les VEC ayant appris un métier d’artisanat (couture, coiffure dame, soudure, broderie, cordonnerie, mécanique 2 roues, menuiserie bois, menuiserie alu, tapisserie) en les dotant de matériels spécifiques à leur corps de métier pour leur installation.
Cet appui se fait dans le cadre du Programme de Développement communautaire en zones urbaines ( PDC-ZU).
A travers ce projet, le gouvernement entend amener 52% des populations des quartiers défavorisés des villes du Togo à se prendre en charge pour leur épanouissement.

Il s’agit également d’accompagner les jeunes artisans qui ont terminé avec succès leur mission de volontariat, dans leur insertion socioprofessionnelle pour développer leur savoir-faire au profit de leurs communautés en vue de contribuer à l’économie locale et nationale.
En octobre dernier, 160 VEC artisans issus des villes de Sokodé, Sotouboua, Blitta, Tchamba et Djarkpanga ont bénéficié des kits d’une valeur de 45 180 633 FCFA.