Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Togo/ Campagne agricole 2021-2022 : 6 500 tonnes de semences prévues

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La saison agricole 2021-2022 s’annonce sous d’heureux auspices pour les producteurs togolais. Pour eux, l’Etat va déployer 6500 tonnes de semences certifiées. Des mesures sont prises pour la constitution rapide de stock et l’installation de kiosques de distribution dans chaque région.

Cette année, les semences sont étiquetées avec des prix uniformisés par la fédération des semenciers : 500 francs/kg pour le maïs, 625 francs/kg pour le soja, 425 francs/kg pour le riz et 750 francs/kg pour l’arachide. La qualité des semences et la disponibilité des intrants garantiront aux travailleurs, une campagne agricole sereine et avantageuse pouvant leur permettre de subvenir aux besoins alimentaires, scolaires, sanitaires…

80 000 tonnes d’intrants pour la même campagne

Pour 2021-2022, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural a annoncé un plan de constitution d’un stock de 80 000 tonnes d’intrants pour des ménages d’agriculteurs togolais afin de les aider à obtenir de bons rendements, assurer la sécurité et l’autosuffisance alimentaires. Cette quantité d’intrants sera rendue disponible par la Cagia (Centrale d’achat et de gestion des intrants agricoles) avant le début des pluies afin de permettre aux producteurs d’accroître leurs chances de réussite au cours de l’année, augmenter leurs revenus et subvenir aux besoins familiaux.

Au cours de la saison précédente (2020-2021), 120 000 tonnes d’intrants avaient été mises à disposition des acteurs, soit 40 000 tonnes d’Urée 46%N et 80 000 tonnes de NPK15-15-15 ainsi que des biofertilisants. Outre ces intrants, 2 600 tonnes de semences améliorées et certifiées (maïs, riz, sorgho, soja, niébé, arachide, sésame et fonio) destinées aux agriculteurs étaient réparties dans 325 points de vente agréés sur le territoire.

Une agriculture plus prolifique à l’avenir

Le pays voit grand en ce qui concerne le secteur agricole. Par exemple, le chef de l’Etat nourrit fortement l’ambition d’étendre le Mifa SA à de nouvelles filières porteuses ; renforcer l’accès des acteurs au financement privé, à l’assurance maladie et à la protection sociale ; développer des projets pour l’acquisition d’infrastructures, d’équipements et d’intrants agricoles ; aménager des terres d’irrigation en faveur des jeunes et des entreprises de mécanisation agricole ; créer 2 000 entreprises agricoles ; moderniser les techniques productives et transformatrices au profit des communautés…