Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Togo/ Entrée de PIA et ARISE au capital du MIFA S.A : accompagner la stratégie de développement agro industriel

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Réuni mercredi 16 juin 2021 en conseil des ministres, le gouvernement a  examiné un projet de décret autorisant la cession au secteur privé de tout ou partie des actions de l’Etat dans le capital de la société « Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA SA).

 

Ce décret vient parachever le processus d’entrée au capital de deux nouveaux actionnaires, en l’occurrence PIA (Plateforme industrielle d’Adéticopé) et ARISE Special Economic Zone.  Ceci, « afin de mieux mobiliser cet outil pour accompagner la stratégie de développement agro industrielle de notre pays, notamment dans le cadre du développement de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé », estime le gouvernement.

 

En effet, le MIFA a été créé pour augmenter la part du financement de l’agriculture dans le financement accordé par les banques.   Au  départ, le capital social a été composé par l’Etat et le secteur privé local,  une preuve de la volonté des autorités d’amener le secteur privé à  jouer un rôle moteur dans la transformation du pays.

 

Après quelques années de fonctionnement,  plusieurs défis restent à relever en lien notamment avec les ambitions et projets de notre pays. Par exemple, comment s’assurer que la  production soit augmentée dans des filières stratégiques afin de produire suffisamment de matières premières pour les usines qui veulent faire de la transformation.

C’est pour répondre à ces enjeux que le Gouvernement a noué un partenariat stratégique avec PIA pour que PIA puisse rentrer au capital du MIFA pour accélérer son développement et offrir des perspectives de marché aux agriculteurs.

C’est une fierté de voir que la stratégie se met en place dans toutes ses composantes : les infrastructures ; l’énergie la formation et le financement

Le secteur privé national peut toujours reprendre une place au capital des lors qu’il le souhaitera car l’État n’a pas vocation à perdurer dans le capital du MIFA.