Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Togo/Santé néonatale et maternelle : après Muskoka, voici Wezou !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Togo s’est engagé dans une lutte sans merci contre la mortalité néonatale et maternelle.  A travers des initiatives, l’Etat assure aux femmes enceintes et aux nouveau-nés,  l’accès à  des soins de santé de qualité.  Ainsi vit le jour le projet Muskoka. Après une décennie de mise en œuvre, le projet fait progressivement  place  au programme  Wezou, qui vise  à  concrétiser des ambitions plus grandes pour la santé néonatale et maternelle.  

Lancé  en 2011, « Muskoka »  vise à  réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Il a permis de baisser de 37% la mortalité néonatale entre 1990 et 2018 et de 52% la mortalité des moins de 05 ans, d’augmenter de 11% le taux d’accouchement assisté par un personnel qualifié.

La mortalité maternelle est ainsi passée de 478 en 1998 à 401 en 2014 pour 100 000 naissances vivantes et la mortalité néonatale est passée de 40 à 27 pour 1 000 naissances vivantes, au cours de la même période.

Des avancées remarquables certes, mais le Togo veut aller plus loin. Le pays affiche de plus grandes ambitions à travers « Wezou » ou le Programme National d’Accompagnement  de la Femme Enceinte et du Nouveau-né  (PNAFE) .

Wezou, un programme ambitieux

Après une phase pilote dans la région de la Kara, « Wezou » est entré dans sa phase opérationnelle à l’échelle du pays.  Le tout nouveau programme a été lancé vendredi 26 août 2021 à Lomé.

Le programme « Wezou » anticipe  l’assurance  maladie universelle,  un projet cher au gouvernement togolais. Il ambitionne d’augmenter progressivement le nombre de femmes  qui suivent  les soins  pendant  leur grossesse (suivi régulier, accouchement dans  les formations  sanitaires, soins prénataux…) afin d’amoindrir considérablement  les risques d’accouchement  difficile.

Concrètement, le mécanisme porté par le programme « Wezou » prend en charge une partie des frais  des soins  de toutes les femmes  enceintes  sans exception. Cette prise en charge commence  dans les centres de santé publics  et accrédités  de premier niveau  (unités de soins périphériques et hôpitaux de préfectures).

De manière opérationnelle et pour atteindre  les objectifs, un dispositif  digital similaire à celui du programme School Assur, sera mis en place.

Etapé1 : l’enrôlement de la femme enceinte  se fait sur la base  d’un document d’identité  et d’un numéro de téléphone  dès la confirmation de la grossesse ;

Etape2 : cet enrôlement  est matérialisé par un numéro  de matricule attribué  à la femme enceinte  à partir d’une plateforme accessible par téléphone mobile au niveau  des  maternités ;

Etape3 : les prestataires de soins enregistrent également  sur cette plateforme les prestations des délivrées  et prises en charge  dans le cadre  du programme ;

Etape4 : le programme assure chaque mois le paiement  aux formations sanitaires  des frais des soins pris en charge  selon leurs factures transmises et validées.

La phase pilote dans la région de la Kara a permis  de réaliser  le paramétrage  de la plateforme digitale puis son rodage.

Conformément à sa feuille de route, le gouvernement  a souhaité  un processus digitalisé pour faciliter la prise en charge  et garantir la transparence du dispositif.

Un budget d’environ 3 milliards de Fcfa a été mobilisé  pour la première  année de mise en œuvre  de ce programme  qui se déclinera  en deux forfaits intégrant également la subvention de la césarienne qui reste toujours effective.

A l’horizon 2025, le Togo entend construire et équiper 06 centres de santé mère-enfant sur le territoire ;  le nombre d’accoucheuses auxiliaires d’Etat sera doublé. Il est également prévu la construction 100 centres médico-sociaux et la réhabilitation des centres de santé communautaires existants avec une attention particulière aux équipements en Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU) performants.

Pour rappel, le Togo  s’est doté d’un Plan national de développement sanitaire (PNDS)  pour la période  2016-2022.

(Crédit photo : Handicap international)

 

 

 

 

Articles Récents

pub 565x370 - Togo/Santé néonatale et maternelle : après Muskoka, voici Wezou !