Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Togo: un pays de tradition en matière de Planification

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Ce mardi 28 octobre , s’est ouvert à Lomé  un forum sur la Planification. “L’histoire retiendra que  le Togo est un pays de tradition en matière de Planification”, a déclaré M. Mawussi Djossou Sémondji, ministre de la Planification du Développement et e l’Aménagement du Territoire, à l’ouverture des travaux.

L’expérience du Togo en matière de planification remonte à l’indépendance avec les plans quinquennaux sur la période allant de 1966 à 1985. Elle s’est poursuivie avec l’engagement depuis 2006, du pays dans le processus d’élaboration des Documents de Stratégie de Réduction de la pauvreté (DSRP). L’histoire de la planification au Togo peut ainsi être déclinée en trois périodes: l’âge d’or, 1966-1980, le déclin, 1981-2005 et  le renouveau à partir de 2006

 

L’âge d’or : 1966-1980

En 1966, les autorités togolaises ont adopté un plan duodécennal devant conduire au seuil du décollage économique à l’horizon 1985. Pour concrétiser les orientations de ce plan « perceptif », les autorités ont élaboré et mis en œuvre quatre (4) plans quinquennaux : le 1er plan (1966-1970) visait la mise en place des structures de base indispensables à un développement harmonieux ; le 2ème plan (1971-1975) devait servir à raffermir et à consolider les objectifs du 1er plan ; le 3ème plan (1976-1980) était qualifié de plan de production diversifiée et équilibrée ; et  le 4ème plan devait préparer le pays au décollage économique.

Même si la vision à l’horizon des 20 ans n’a pas été réalisée, ces différents plans ont contribué à mettre en place les bases matérielles indispensables au développement du pays grâce au contexte économique favorable des années 70.

Le déclin : 1981-2005

A partir de 1981, le système de planification en vigueur jusque-là va subir de profonds changements avec l’émergence des programmes d’ajustement structurel et de la programmation triennale des investissements.

Le 4ème plan (1981-1985) élaboré pour préparer le décollage de l’économie togolaise n’a pas pu être mis en œuvre. Il a été suspendu dès 1981 du fait  de l’impossibilité pour le pays de disposer des ressources nécessaires à la réalisation de l’ensemble des projets qu’il contenait.

Un programme intérimaire d’investissements a été mis au point pour la période 1981-1983. Par la suite, trois programmes triennaux glissants vont successivement être élaborés et mis en œuvre respectivement pour les périodes : 1984-1986 ; 1985-1987 et 1986-1988.

La pratique des programmes d’investissements publics (PIP) va ainsi évoluer et s’ancrer définitivement dans le système national de planification.

Le renouveau : 2006 à nos jours

A la faveur de l’Initiative PPTE (Pays pauvres Très Endettés) et dans la perspective des Objectifs du Millénaire pour le Développement, le Togo a dû renouer avec la planification à travers un exercice cyclique d’élaboration de cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté.

En 2007, le pays s’est doté d’une stratégie Nationale  de  Développement (SDN) à long terme basée sur les OMD, articulée autour des défis majeurs  des moyens ( institutionnels et financiers) requis pour la réalisation de ces objectifs à l’horizon de 2015. Par la suite et pour concrétiser son éligibilité à l’initiative PPTE (Pays Pauvre Très Endetté) , le Togo a formellement adopté : en 2008, un Document Intérimaire de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP-I) ; en 2009, un Document Complet de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP-C) mis en œuvre jusqu’en 2011 ;  en 2013, une  2ème génération de DSRP intitulé Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) pour l’horizon 2017.

Le DSRP-I 2008, a été préparé et mis en œuvre dans un contexte politique de sortie de crise. Il a cependant permis au pays : d’accéder en novembre 2008 au point de décision de l’Initiative PPTE ; de relancer la coopération avec ses partenaires techniques et financiers ; d’assainir les finances publiques tout en créant les conditions d’une reprise durable de l’activité économique.

Le DSPR-C  2009-2011 a abouti également à des résultats encourageants. On peut citer, entre autres, l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE en décembre 2010, le recul de la pauvreté de 3 points en lien avec le raffermissement de la croissance enregistrée au cours de la période en même temps qu’une amélioration des performances dans les secteurs sociaux notamment dans l’éducation, la santé et dans la desserte en eau portable.

La SCAPE 2013- 2017 repose sur des acquis du DSRP-C en matière de renforcement de démocratie, de stabilité du cadre macro-économique et de développement humain durable. Elle a pour vocation d’être un cadre de référence pour les actions de développement.

A travers la SCAPE, les autorités affichent comme ambition de répondre à quatre (4) défis : le défi de l’accélération de la croissance économique, de l’emploi et d’une meilleure insertion régionale et internationale de l’économie togolaise ; le défit de la gouvernance ; le défit sociodémographique; le défi du développement urbain, de l’aménagement du territoire et de la protection de l’environnement.