Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Transfert d’argent : Afrimarket propose “cash to goods”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

   

 

En concurrence sur un marché très dynamique, face à des géants tels que Western Union et Money Gram, une start-up française  propose le transfert d’argent « cash to goods » vers le continent africain.  Selon l’un de ses promoteurs, Fabien Cordon, contacté par manationtogo.com, le projet sera  bientôt  lancé au Togo.

 

Crée par trois jeunes français, Afrimarket  est une plateforme internet qui permet à la diaspora africaine en général et togolaise en particulier,  un transfert cash to goods. Le donateur fait des achats ou paie des services (alimentaire, santé, électroménager, construction, recharge téléphonique, scolarité)  depuis l’Europe que ses proches peuvent ensuite retirer au pays.

Pour le faire, il suffit de  s’inscrire sur le site internet: https://afrimarket.fr, choisir dans une liste de partenaires de son choix au Togo (pharmacie, supérettes, librairies etc…), indiquer le numéro de la personne à qui l’on souhaite envoyer ce bien/service. Le paiement s’effectue ensuite en ligne par carte bancaire. Le proche/destinataire reçoit un SMS et pourra avec son portable, n’importe lequel  et quel que soit l’opérateur (et à l’aide d’un terminal Afrimarket présent chez le partenaire qui identifie la transaction) récupérer son bien ou service.

 « Tout cela avec seulement 5% de commissions et sans aucun frais cachés ni montant minimum », selon  Fabien Cordon qui souhaite   que le maximum de Togolais de la diaspora puissent bénéficier de ce service. Dans le cadre de son lancement,  une offre de  5000 F CFA est offerte  pour tester le nouveau  service qui produit toutes les garanties de sécurité de  transfert d’argent, selon les responsables.

 

Pour rappel,  1,5 million de Togolais vivent à l’étranger. 187 milliards de FCFA ont été transférés vers le Togo en 2013, soit 14 milliards de recettes fiscales pour le pays ou 3 à 6 fois le montant de l’aide publique au développement.