Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

« Vitrine produits du terroir »: un successtory grâce au PASA

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Sise à Noukafou non loin de la station T- Oil sur le Boulevard Jean-Paul II, la “Vitrine produits du terroir“, propose aux consommateurs des produits agricoles transformés au Togo par de jeunes entrepreneurs togolais: épices, jus, produits dérivés du maïs, du soja… Inaugurée le 11 juillet 2014 , cette vitrine est une initiative de la Coopérative des Transformateurs des Produits Agricoles du Togo ( COTPAT) qui entend ainsi promouvoir les produits transformés au Togo et leurs promoteurs. Elle a été financée par le PASA ( Projet d’Appui au Secteur Agricole).

” Les transformateurs sont des génies créateurs. Ils sont parvenus à mettre sur le marché , des produits de très bonne qualité. Mais ces produits ne sont pas pour la plupart connus; c’est pour cela que nous avons mis en place , la présente vitrine pour assurer la visibilité de nos produits en vue de faire leur promotion et leur commercialisation”, avait déclaré Layi Salami, président de la COTPAT.
Alors Secrétaire général du ministère chargé de l’Agriculture, M. Koutéra Bataka qui présidait la cérémonie d’inauguration , s’était félicité de l’initiative de la COTPAT qui, selon lui, cadrait avec la vision du Chef de l’Etat de faire du Togo une force d’exportation. Pour conquérir le marché international, les transformateurs togolais, à en croire M. Bataka, devaient relever trois principaux défis: ” le défi de la productivité qui permet d’avoir des produits qui reviennent moins chers; le défi de la présentation de l’emballage pour avoir une image attrayante pour que le consommateur qui se rend dans un supermarché puisse rapidement être attiré vers le produit; le défi de la qualité prix-productivité qui fera en sorte que le transformateur sera compétitif sur le marché“.
Cinq après , où en est l’initiative ?
Le bilan est positif, selon Layi Salami. «5 ans après nous avons un bilan très positif en termes de visibilité et de promotion des produits», se félicite -t-il. Seule fausse note, les ventes ont chuté ces trois dernières années en raison des travaux sur le Boulevard Jean-Paul II. «Les ventes n’ont pas été ce que nous avons souhaité compte tenue des travaux qui avaient duré sur l’avenue Jean Paul II bloquant ainsi l’accès à la vitrine. Les deux premières années suivant l’ouverture de la vitrine, les chiffres d’affaires réalisés étaient de plus d’1 million de francs CFA par mois. Mais ces chiffres ont connu une baisse sensible de plus de 50% ces trois dernières années», déplore le président de la COTPAT.
Cependant, depuis la fin des travaux sur la voie, les ventes reprennent et l’espoir peu à peu renaît!
Malgré les difficultés, la vitrine a réussi, en 5 ans, à maintenir 3 emplois stables; plus de 500 produits fournis par 120 entrepreneurs agroalimentaires (jeunes et femmes) y sont vendus.
Elle a surtout permis aux jeunes primo entrepreneurs, et aux femmes transformatrices des zones rurales de pouvoir mettre leurs produits sur le marché et assurer leur visibilité.
Grâce à la vitrine , les promoteurs ont pu faire découvrir leurs produits aux Togolais de la diaspora et aux personnes expatriées.
Par dessus tout , l’initiative a permis l’amélioration de la vente des produits locaux transformés et l’augmentation des revenus des promoteurs.

IMG 20191207 105929 493x370 - "Vitrine produits du terroir": un successtory grâce au PASA

( Vue partielle de l’intérieur de la vitrine)

«La principale note de réussite de cette vitrine est qu’elle a servi de point de départ pour la création d’autres vitrines dont celle de Kara et celle de la place FAO», se réjouit Salami Layi.
Créée en 2007 sous l’appellation de ATTPA (Association Togolaise des Transformateurs du Togo), la COTPAT, devenue une coopérative en 2012, vise à promouvoir les transformateurs des produits agricoles au Togo. Elle regroupe 21 unités de transformation réparties sur toute l’étendue du territoire. La coopérative forme ses membres sur les techniques de transformation pour la qualité des produits, sur la commercialisation et les techniques de marketing. Elle les accompagne également pour l’obtention de financements.