Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’INAM met sur pied sa commission médicale consultative

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

C’est dans le but d’améliorer la qualité des prestations et services offerts  à ses  bénéficiaires,  que l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM)  a lancé depuis  le 08 octobre le  premier bureau de la  Commission Médicale Consultative INAM (CMCI).

Cette commission est présidée par le Dr Tchangaï  Walla Kissem et est composée d’éminents  spécialistes  du  système de santé togolais,  aussi bien du secteur public que privé, qui contribueront au travers de leurs expertises  dans le domaine médical à apporter une démarche qualité aux différentes prestations et services offerts par l’INAM. Il s’agira pour ladite commission, selon son Vice-président le Prof BELO Mofou, «  d’être un groupe d’échange pour apporter son expertise dans la qualité des services et des prestations offerts par l’INAM ; un cadre où les doléances  des bénéficiaires de l’INAM  vont être prises en compte». Entre autre service que la commission entend améliorer, la  lourdeur des supports de l’INAM difficile à manipuler aussi bien pour les bénéficiaires que pour  les prestataires ; « la commission va donc s’atteler à confectionner des supports nouveaux pour alléger  la tache aux bénéficiaires et aux prestataires » a ajouté le Prof BELO a cet effet.

Cette commission a été initiée depuis novembre 2013, selon les responsables d’INAM, en vue de faire face à d’ importants défis parmi  lesquels l’amélioration continue de la qualité des soins offerts aux assurés et la gestion des risques pour la maîtrise médicalisée des dépenses, ceci pour construire une assurance santé basée sur de bonnes pratiques médicales. « Presque 2/3 de nos dépenses à l’INAM  vont aux médicaments. Il est question avec cette commission de mettre des mécanismes pour voir ensemble dans quelles mesures maîtriser ce volet et réduire énormément les fraudes à ce niveau » a relevé Dr BEWELI Essotoma, Médecin-Conseil Principal de l’INAM. Outre cette mission la commission aura à faire face, selon le Dr BEWELI,  à d’autres problématiques notamment celles relatives à la qualité des soins,  à l’information aux bénéficiaires, aux dispositifs mis sur pieds à INAM pour le contrôle médical, au leadership médical « c’est-à-dire par rapport à la prescription médicale ;  avec cette commission nous allons amener les prescripteurs à rester sur la ligne de bon pair c’est à dire le bon prescripteur. Les experts  nous aideront aussi en matière de recherche en assurance maladie  en vue améliorer tout le processus ».

La CMCI est composée  de cinq commissions techniques : la commission des soins médicaux, la commission des soins chirurgicaux, la commission produits de santé, la commission d’éthique et la commission projet et informations.

Sa mise en place initiée depuis novembre 2011 se justifie par les difficultés constatées dans les prestations de l’INAM, notamment l’arrimage difficile entre les procédures de prise en charge instituées par l’INAM et celles des structures de soins, la réticence des professionnels de santé et des plaintes des assurés sur la lourdeur des outils.

Après deux ans de lancement de ses prestations sur toute l’étendu du territoire, l’INAM enregistre à ce jour un partenariat avec 80% des structures sanitaires, 80% des pharmacies et 100% des centres  des soins publics. Un projet dénommé « Cap 2015 INAM » est mis en œuvre pour améliorer ce bilan  et par là la qualité des prestations et services offerts aux bénéficiaires. L’objectif visé c’est d’étendre  la couverture médicale aux secteurs parapublics et privés à l’horizon 2015.