Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Lutte contre la dracunculose: renforcer la surveillance après l’éradication

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Les responsables de la lutte contre la dracunculose,  ou ver de Guinée, de 13 pays d’Afrique de l’Est, de l’Ouest , du  Centre et du Nord ( Algérie, Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Ghana, Mauritanie, Niger, Nigéria, Ouganda) participent depuis ce matin , à Lomé, et ce jusqu’au 03 juin, à la deuxième réunion de revue des programmes nationaux d’éradication de cette maladie  en phase post-certification.

La rencontre vise à examiner pays par pays , les activités de post-certification menées en 2014 et 2015; identifier , par pays, les contraintes rencontrées  dans la mise en œuvre de la surveillance intégrée de la dracunculose et les opportunités pour l’améliorer; examiner par pays, le POA 2016-2017 de post-certification; formuler des recommandations spécifiques , en vue de renforcer les activités de surveillance  post – certification de la dracunculose .

En effet , au milieu des années  1980, l’on estimait à 3,5 millions le nombre de cas de dracunculose dans le monde. Ces cas étaient répartis dans 20 pays , dont 16 étaient  situés en Afrique. Le nombre de cas notifiés a progressivement diminué  pour atteindre moins de 10.000 cas en 2007. Ce  nombre a été réduit à 542 cas en 2012, 148 en 2013 et 126 en 2014. En 2015, seulement 22 cas ont été notifiés  dans le monde , le chiffre le plus bas jamais enregistré.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)  a créé en 1995 la Commission internationale pour la certification de l’éradication de la dracunculose dans le monde. Cette commission est chargée  de certifier l’élimination de cette maladie. A ce jour, la commission a certifié 187 pays et territoire comme exempts  de toute transmission de la maladie du ver de Guinée. Dans la région africaine de l’OMS, 40 pays ont été certifiés entre 1998 et 2015. Il reste encore 4 pays qui notifient des cas. Il s’agit de l’Ethiopie , du Mali ,du Soudan du Sud et du Tchad, ce qui représente une réduction de 83% des 126 cas signalés en 2014.

Au Togo, le  gouvernement  a adopté et mis en œuvre le procédé innovant d’isolation des cas dans les districts à haute endémicité.

Cette innovation a permis d’amorcer  inexorablement la tendance jusqu’en 2006,année au cours de laquelle il a été notifié le dernier cas autochtone , et en 2007,  les derniers cas importés.  » Notre pays est ainsi entré dans la période de pré certification jusqu’en 2011 où après une enquête menée par des experts internationaux, le Togo a été déclaré par l’OMS comme pays ayant éradiqué la dracunculose », relate, Professeur Moustafa Mijiyawa, ministre de la Santé et de la Protection sociale.

 » Pour tous les pays certifiés , il est demandé de renforcer la surveillance , de signaler tout cas de dracunculose immédiatement à l’OMS  et d’envoyer un rapport trimestriel jusqu’à l’éradication globale », rappelle Dr Lucile Imboua, Représentante-résidente de l’OMS au Togo.

(Photo: les participants posant avec les officiels)