Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Réformes politiques et institutionnelles : cinq jours de réflexion et d’échanges sur la question

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Comme annoncé, l’atelier de réflexion et d’échanges autour des réformes politiques et institutionnelles, organisé par le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) a démarré ce lundi 11 juillet à l’Hôtel Radisson Blu 2 Février à Lomé.

La cérémonie d’ouverture présidée par le Premier ministre Sélom Klassou, s’est déroulée en présence d’autorités politiques, religieuses, traditionnelles et de membres du corps diplomatique accrédités au Togo.

Trois interventions ont marqué l’ouverture de la rencontre.

Dans son mot de bienvenue, Mme Awa-Nana Daboya, présidente du HCRRUN a souligné l’intérêt des réformes politiques et institutionnelles au cœur des discussions, des travaux et mandats des institutions de la République. Après avoir remercié les acteurs et partenaires ayant permis l’organisation de l’atelier, elle a invité les participants à faire un saut qualitatif pour trouver les clés de mise en œuvre des réformes.

« La réforme ne s’improvise pas ; la réforme ne se décrète pas…Les institutions ne se décrètent pas », a laissé entendre le Professeur Kokoroko Dodzi dans sa leçon inaugurale. «  Toute réforme constitutionnelle réussie appelle d’autres réformes surtout celle des mœurs », a-t-il ajouté. Et de conclure : « La réforme constitutionnelle sans consensus n’est que ruine de la constitution tant célébrée ».

Pour le Premier ministre, l’on doit s’interroger sur l’échec, depuis plus de 25 ans, des initiatives visant à résoudre l’épineuse question des réformes. «  Nous ne devons plus échouer. Nous avons tous l’obligation de tout mettre en œuvre afin d’aller au bout de cette volonté commune », a-t-il martelé.

La rencontre prend fin le 11 juillet. Pendant 5 jours donc, universitaires, sociologues, historiens, des experts venus du Ghana, du Maroc et bien d’autres participants issus de toutes les couches de la population togolaise vont échanger sur diverses thématiques composant les sept panels qui vont meubler la rencontre.

Les conclusions de l’atelier serviront d’outil de base à la commission chargée des réformes et qui sera mise en place conformément aux recommandations de la Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR).

(Photo : table d’honneur à l’ouverture de l’atelier)