Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Sécurité routière : radars et test d’alcoolémie sur les routes togolaises en 2018

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

En 2017, 580 Togolais  ont trouvé la mort dans 5181 accidents  de la circulation. C’est le bilan macabre dressé vendredi par le ministre de la Sécurité  Yark Damehame, assisté de son collègue des  Transports,  Ninsao Gnofam. Ces accidents ont également occasionné 8624 blessés.

Comparé à 2017 (514 morts)  ces chiffres sont  en  hausse. Une situation qui inquiète le gouvernement,  selon Yark Damehame.  « De 2015 à 2017, nous sommes en train de grimper. Un  demi-millier de morts pour une population de 7 millions d’habitants, c’est trop », s’indigne le ministre. « Le gouvernement est en train de prendre des dispositions et nous invitons tous les usagers à s’y conformer », ajoute-t-il.

Au nombre de ces  mesures, annonce le ministre, la rigueur dans les sanctions qui seront désormais plus sévères,   le test d’alcoolémie pour détecter  d’éventuelles  traces d’alcool chez un  conducteur en faute  et l’opérationnalisation des radars pour  éviter les excès de vitesse.

Le ministre chargé des Transport, pour sa part compte beaucoup sur le décret portant limitation d’âge pour les véhicules d’occasion. «  Ce décret, s’il est appliqué, contribuera  beaucoup à réduire les cas d’accidents sur nos routes », espère-t-il.

(Photo : les ministres Yark Damehame et Ninsao Gnofam, respectivement  3è et 4è à partir de la droite , face à la presse)